Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Consommation responsable : trois supermarchés français hors des sentiers battus

Le magasin vend exclusivement des produits qui, malgré leurs qualités gustatives, et nutritionnelles sont rejetés par les circuits traditionnels.
©Nous anti-gaspi/DR

Compost, lutte contre le gaspillage où encore modèle participatif : zoom sur trois magasins alimentaires qui font bouger les lignes.   

Zéro déchet, anti-gaspi, coopératif... Des petites épiceries aux grandes surfaces, certains magasins alimentaires se verdissent alors qu'1,4 million de tonnes de nourriture sont gâchées par le secteur chaque année, selon l'ADEME.

La loi anti-gaspillage, entrée en vigueur en 2016, oblige les enseignes de plus de 400 mètres carrés à donner leurs invendus alimentaires à des associations si celles-ci les sollicitent. 

"Nous", pionnier de l'anti-gaspi

En mai 2018, le premier supermarché anti-gaspi ouvrait ses portes sous le nom de "Nous" à Melesse en Bretagne. Sa particularité ? On y trouve uniquement les invendus jetés par les circuits classiques de distribution. Charles Lottmann, co-fondateur du projet, assurait alors au micro d'ID vouloir "créer un modèle autour de la valorisation des invendus et de la réduction du gaspillage qui puisse ensuite être répliqué à différents endroits du territoire."

Et il faut croire que la recette a pris : en novembre 2018, un deuxième magasin faisait son apparition à Saint-Jouan-des-Guérets, près de Saint-Malo. Puis, trois autres ont éclos à Saint-Berthevin, en Mayenne ; à Châteaugiron, en Ille-et-Vilaine ; ainsi que du côté de la Manche, à Cherbourg-en-Cotentin. En voici donc cinq au compteur en un an à peine et ce début de mois, c'est dans la capitale que le sixième "Nous" a été inauguré

L'enseigne devenue chaîne assure que chaque épicerie permettrait d'éviter en moyenne chaque mois le gaspillage d'environ 30 à 40 tonnes de produits. 

Les supermarchés coopératifs

On en compte une trentaine en France : les supermarchés coopératifs prônent un mode de consommation alternatif où les clients sont également sociétaire et travailleur bénévole. Exemple dans le magasin lillois "SuperQuinQuin" : "Pour être coopérateur, il faut avoir pris des parts sociales", précisait Manon Vermeersch, coordinatrice du projet il y a tout juste un an.

Les 1200 coopérateurs du supermarché doivent aussi s'engager à y faire du bénévolat : trois heures toutes les quatre semaines pour faire tourner la boutique en travaillant à la caisse, en effectuant des livraisons ou en rangeant les rayons par exemple. Quels avantages pour les clients ? "Tout dépend de ce que l'on vient chercher, détaillait la coordinatrice. Il y a l'aspect 'manger mieux', car l'on propose des produits de qualité – à peu près 1/3 de bio, 1/3 de conventionnel et 1/3 de local. Il y a aussi les prix des produits, que l'on rend accessibles. On applique une marge de 20 % sur laquelle nous sommes transparents, là où la grande distribution applique des coûts variables (...) Et il y a le fait d'appartenir à un projet collectif, de créer du lien, de se rencontrer."

Le compost en grande surface

Enfin, plus récemment du côté d'Evron, petite commune en Mayenne de presque 9000 habitants, le Super U s'est mis au compostage de ses invendus devenus impropres à la consommation.

Doté depuis peu d'un "éco-digesteur" ED20 piloté par ordinateur, l'appareil ingère chaque jour jusqu'à 125 kg de déchets organiques - soit moins que sa capacité totale de 200 kg. Après une étape de fermentation de 24 heures sans gaz nocif ni odeur nauséabonde qui s'en émane, 15 kg de compost ou d'engrais - selon la nature du déchet - en ressortent. La matière organique transformée est ensuite mise à la disposition des clients à l'entrée du magasin : : une première en France pour une grande surface de ce type, selon le directeur du Super U. 

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.