Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

Pour 2022, LR mise sur du vert

Pour le président du parti Christian Jacob, "tout l'enjeu est d'avoir une énergie la plus décarbonée possible".
Ludovic MARIN / AFP

Taxe carbone aux frontières de l'UE, prolongation des réacteurs nucléaires, grand plan hydrogène... Les Républicains, engagés dans un travail de fond pour 2022, ont lancé mardi dix propositions pour lutter contre le réchauffement climatique.

"Tout l'enjeu est d'avoir une énergie la plus décarbonée possible", a souligné le président de LR Christian Jacob, opposé à l'idée de décroissance, lors d'une convention thématique, organisée de façon dématérialisée du fait de la crise sanitaire.

"Une transition énergétique de bon sens"

Dans cette démarche, deux éléments - "le transport et le bâtiment" - sont mis en avant par le parti de droite qui défend "une transition énergétique de bon sens" et "à rebours d'une idéologie écologiste ne produisant que des slogans et de la peur". Les Républicains, hostiles à la fermeture des centrales nucléaires prévue par le gouvernement, proposent de "prolonger la durée de vie des réacteurs jusqu'à 60 ans" et d'"engager la construction de six EPR de deuxième génération".

Sur ce sujet "on a vu la gauche américaine, historiquement opposée au nucléaire, retourner sa veste avec l'arrivée de Joe Biden", a souligné le député du Haut-Rhin Raphaël Schellenberger qui animait la convention. Parmi les autres propositions, une "taxe carbone aux frontières de l'UE" et un "moratoire" sur l'éolien terrestre "lorsque les projets ne font pas l'objet d'un consensus politique local".

Le député du Vaucluse Julien Aubert, qui défendra début décembre une proposition de loi sur la rationalisation de l'éolien, a fustigé le "risque de black-out" de politiques dépendant des énergies renouvelables, en assurant que "la politique énergétique actuelle est ruineuse" en aides publiques à l'éolien ou au solaire.

Réduction des émissions : "une priorité mondiale" pour LR

Soulignant que "réduire nos émissions de gaz à effet de serre est une priorité mondiale", LR plaide aussi pour "rénover à l'horizon 2040 les passoires énergétiques" et, dans les transports, pour "doubler la part du fret ferroviaire" afin de le faire passer à 18 % d'ici 2030 voire "25 % en 2050".

Le parti veut enfin "augmenter la part des biocarburants dans le transport routier" et prône "un grand plan hydrogène de 11 milliards d'euros" faisant de la France "le leader mondial" du secteur. "On ne fera pas la transition sans ou contre les Français", a souligné M. Schellenberger en promettant que la réflexion du parti serait "complète, et cohérente avec la convention sur l'agriculture et l'alimentation".

Cap sur 2022

Avec ces conventions, Les Républicains cherchent à élargir leur réflexion à des thèmes (handicap, progrès...) sortant de leur traditionnel pré carré régalien, afin de jeter les bases d'un programme pour la présidentielle de 2022.

Le parti, tombé à 8,5 % aux européennes, est par ailleurs toujours à la recherche de son candidat. Il n'a pas non plus tranché sur le mode de désignation, d'autant que plusieurs prétendants de droite sont des ex-LR présidents de région dont le sort pourrait varier selon leur résultat aux prochaines régionales.

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, commandez notre guide « La transition écologique Made in France ».

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour consommer 100 % local et responsable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs