Conso

Six réflexes pour être zéro déchet... même en vacances

La gourde en inox, un premier élément indispensable pour des vacances zéro déchet.
©Anja Ivanovic

Échantillons de gel douche dans les hôtels, prospectus, plans de voyage, bouteilles d'eau en plastique, pailles, souvenirs "made in China"... Les vacances nous amènent souvent à produire davantage de déchets que durant notre routine du quotidien. Quelques solutions pour limiter les frais. 

Même avec un peu de bonne volonté, il peut s'avérer difficile de limiter sa production de déchets durant un voyage. En amont des vacances, on pense à vider son réfrigérateur des produits périssables avant son retour, en les donnant à ses voisins par exemple. Et pendant ?

L'art du refus

Au moment de partir en vacances, que ce soit en train, en voiture ou en avion, on évite d'imprimer des plans et des billets inutilement. Des applications gratuites et utiles en ce sens : OUI.sncf pour privilégier les e-billets de train et Google Maps pour se repérer sur un plan et choisir le meilleur itinéraire. Pour l'avion, nul besoin d'imprimer sa confirmation de vol, que l'on garde toutefois dans ses mails : il suffit de s'enregistrer en ligne et de présenter cette seule impression à l'aéroport. Si l'on voyage dans une grande ville, on télécharge l'application de son réseau de transport pour connaître les horaires des bus et les lignes de métro. Par ailleurs, rien ne sert de s'encombrer de prospectus présentant les endroits phares de son lieu de vacances : rendez-vous sur le site de leur office de tourisme. Si de nombreux établissements à l'échelle mondiale bannissent peu à peu la paille, cela est loin d'être une généralité. On la refuse et on se munit éventuellement d'une paille en inox, en verre ou en bambou.

Dans les hôtels, on n'utilise pas les échantillons de gel douche et de shampoing : les établissements s'adapteront si plus personne ne les utilise (en les bannissant, par exemple). De plus en plus d'hôtels favorisent d'ailleurs désormais les grands flacons accrochés au mur, davantage écologiques. 

La gourde, la base

Avoir une gourde sous la main en vacances est une véritable solution écologique pour éviter l'achat à répétition de bouteilles d'eau en plastique. Et cela commence même avant le départ : lorsque l'on prend l'avion, il est interdit d'emmener une bouteille d'eau avec soi au moment de passer les douanes et l'on est souvent amené à en acheter une juste avant l'embarquement. Emmener une gourde vide que l'on remplira avant de monter dans l'avion permet dès le début de ses vacances d'éviter un premier déchet et non des moindres, à l'heure où 89 milliards de bouteilles d'eau en plastique sont vendues chaque année dans le monde. Cette gourde sera ensuite bien utile durant toutes les vacances. Quelques conseils pour bien la choisir ici

Des courses bien pensées 

Au quotidien comme durant ses vacances, acheter, c'est voter. On évite les aliments suremballés, on privilégie les produits locaux voire bio, et l'on se munit au moins d'un tote bag pour ne pas utiliser de sacs en plastique. Mieux vaut également privilégier l'achat de produits alimentaires au fur et à mesure de ses besoins, les fruits et les légumes ayant tendance à se flétrir plus rapidement avec la chaleur. Pour aller plus loin dans sa démarche zéro déchet, on se rend dans l'épicerie en vrac la plus proche avec son sac à vrac voire ses bocaux. La carte du Réseau Vrac répertorie de nombreuses adresses d'épiceries en vrac dans l'Hexagone. Lorsque l'on n'a d'autre choix que d'acheter quelques produits emballés, on privilégie ceux dont l'emballage est en verre, un matériau qui se recycle plus facilement que le plastique.

©Capture écran Réseau Vrac

Certains établissements touristiques proposent d'ailleurs à leurs clients des kits pour faire des courses zéro déchet. On peut se fier à l'Ecolabel européen pour trouver un hébergement  ou un camping éco-responsable. 

Une trousse de toilette dénuée d'emballages

Cotons-tiges, emballages de shampoing, de gel douche et de dentifrice, disques de coton... Encore et toujours plus de déchets que l'on pourrait éviter, d'autant qu'ils encombrent nos valises. Un savon, un shampoing et un dentifrice solides, un oriculi, des cotons lavables, et le tour est joué. Du côté du dentifrice, la marque Avril en propose à la menthe (99 % du total des ingrédients sont d’origine naturelle) : on peut également opter pour ceux de Lamazuna, qui durent aussi longtemps que deux tubes de dentifrice. On choisit un savon de Marseille bio, ou l'on se tourne vers les savons et les shampoings solides de Secrets de Provence, ceux de chez Moé, de Louise émoi ou encore de Lamazuna.


Le pique-nique, là où il ne faut pas défaillir

Qui dit été dit profusion de pique-niques dans les parcs : il semble un peu facile de succomber pour des couverts en plastique et des serviettes en papier. Là encore, l'anticipation prévaut : pourquoi ne pas relire ces six astuces d'ID pour organiser un pique-nique zéro déchet ?

Les achats de souvenirs... Oui, mais les bons 

Si acheter des souvenirs durant ses voyages est le lot commun de nombre de touristes, ici aussi, le minimalisme prime. D'une part pour ne pas se surcharger et encombrer inutilement son intérieur, mais également pour éviter que ceux-ci ne finissent jetés quelques années plus tard. Privilégier le savoir-faire local à la contrefaçon et au "made in China" va évidemment de soi afin d'encourager les artisans de la région.

A lire aussi
Commentaires
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.