Conso

Repas bas carbone, cadeaux éthiques, décoration zéro déchet : kit de survie pour un Noël écolo

©SofikoS/Shutterstock

Avez-vous déjà passé un Noël vraiment durable ? Sans achats impulsifs de cadeaux "high tech", de jouets "made in China" et de décorations qui en mettent plein la vue ? ID vous donne quelques pistes pour réconcilier les Fêtes et le respect de l'environnement.

Cinq voitures garées dans l'allée. Les invités sont arrivés. Ils vous félicitent : ce sapin artificiel, orné d'une bonne centaine de boules de Noël toutes plus originales les unes que les autres – vous les renouvelez chaque année, à bas les vieilles décorations des années 1990 – est absolument superbe. Il est temps de passer à table. Au menu : le boeuf de Noël du Chef ! En dessert, une excellent bûche "fraises et champagne". Les enfants ne lâchent pas d'une semelle ce nouveau circuit de voitures acheté dans une grande chaîne de jouets. Vous avez décidé vous-même de vous faire un beau cadeau : une tablette dernier cri, même si la dernière fonctionne encore. Celle-ci fait de bien meilleures photos ! Le papier cadeau déchiré et les cartons en tous genres ont fini de dévaster votre salon. 

On recommence en mode plus durable ?

1. Un repas bas carbone (anti-gaspi, de saison...)

Le repas, élément-clé de l'événement. Quelques pistes pour que celui-ci ne soit pas le festin du gâchis et du CO2 :

-Prévoir sa liste de courses en amont dans le détail pour éviter les achats inutiles et le gaspillage alimentaire (sans oublier de bien regarder les dates de péremption) ;

-Privilégier les légumineuses : pois chiches, lentilles, fèves, haricots... L'association France Nature Environnement rappelle que les intérêts nutritionnels de ces légumes riches en protéines et en minéraux "sont avérés, tout comme leurs atouts environnementaux", leur culture permettant de "réduire l'utilisation d'engrais et de pesticides"; 

-Côté fruits et légumes : évidemment, on cuisine ce qui est local et de saison (et on surveille le bio) :

©Manon Rouzier/ID, L'info durable

-Côté viande : opter pour un repas 100 % végétarien ! Le site spécialisé "Cuisine AZ" propose par exemple "15 recettes végétariennes pour un Noël succulent" (brioche perdue aux pommes, épices et pain d'épices, sapins de feuilletés aux champignons, potiron et cranberries, risotto de champignons, tofu fumé et Fourme d'Ambert...). Si l'on décide de cuisiner tout de même de la viande, mieux vaut évidemment privilégier la qualité (surveiller la provenance avec les appellations d'origine, les différents labels et notamment le bio...). Idem pour le poisson : pourquoi ne pas se référer au "Good fish guide", pour privilégier du poisson durable ?

-Idéalement, ne pas pré-découper ses baguettes (pour pouvoir plus facilement congeler la partie de la baguette non consommée) ;

-Donner les restes à ses convives : prévoir des contenus hermétiques ou demander aux invités d'amener leurs tupperwares en verre, histoire de leur donner quelques restes qu'on ne terminera pas.

Et si vous calculiez l'empreinte carbone de votre repas de Noël en passant par l'écocalculateur de l'association "Bon pour le climat" ? À noter qu'en France, un repas moyen émet 2500 grammes de CO2. 

2. Des décorations zéro déchet ou presque

Ne pas acheter de nouvelles décorations et plutôt réutiliser celles que l'on a déjà : d'accord, mais comment faire si l'on souhaite un peu de nouveauté cette année ? ID vous livre quelques sources d'inspiration pour des décorations en mode récup' ici ! Pourquoi ne pas par ailleurs adopter un sapin en pot le temps de Noël avant qu'il ne soit replanté grâce au projet Treezmas ? On pense par ailleurs à limiter les illuminations intérieures et extérieures. La sobriété a souvent du bon, même à Noël. 

3. Des cadeaux écolos sous le sapin (emballages y compris)

On n'hésite pas, côté cadeaux, à faire un tour en amont des Fêtes du côté des marchés de Noël utiles et solidaires. Pour les enfants, on peut privilégier par exemple l'association Rejoué, qui "reconditionne des jouets d’occasion et les revend dans le cadre d’un chantier d’insertion". La seconde main est aussi de mise pour les plus grands : ce ne sont pas les beaux livres et vinyles d'occasion qui manquent dans les ressourceries et certaines librairies ! Pour l'emballage, on pense au furoshiki, un carré de tissu japonais que l'on utilise pour emballer des cadeaux ou transporter des affaires. Il est donc temps de mettre la main sur nos vieux tissus inutilisés. 

4. Une organisation en mode "mobilité durable"

Noël implique souvent des déplacements en famille, et des allers-retours pour les cadeaux et la préparation des festivités. Optez-vous toujours pour le moyen de transport le plus écologique ? Rien de tel, lorsque cela est possible que la marche à pied, le vélo, les transports en commun, le train s'il faut se déplacer loin... Pour trouver la meilleure alternative, rendez-vous sur le comparateur éco-déplacements de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME), qui compare l'impact des différents mode de transports pour un trajet. Il évalue les consommations d'énergie et les émissions de CO2.

5. Des déchets correctement triés après la bataille 

Un petit rappel :

©Gaël Nicolet

En cas de doute, on se rend sur la page Que faire de mes déchets ?, sur le site de l'ADEME.

©capture écran ademe.fr

Quid du sapin ?  ID vous donne les clés pour bien recycler votre sapin naturel après les Fêtes ici