Conso

Tawashi, oriculi, furoshiki... Ces objets japonais qui vont révolutionner notre routine zéro déchet

©Cholpan/Shutterstock

Pour en finir avec les objets à usage unique, quoi de mieux que d'opter pour les objets réutilisables à l'infini ou presque ? Plusieurs d'entre eux nous viennent tout droit du Japon et s'avèrent être de précieux alliés pour un quotidien zéro déchet. Focus sur le tawashi, l'oriculi, et le furoshiki.

Passer en mode "zéro déchet", ce n'est pas seulement détenir une gourde. Cela consiste à éviter autant que possible l'achat de produits neufs, à acheter en vrac, à composter ses biodéchets... Mais aussi à remplacer des objets du quotidien que l'on jette bien trop souvent, au-delà des bouteilles en plastique. Les cotons démaquillants notamment (chaque femme en jetterait environ 2000 par an), par des cotons réutilisables et lavables. Les capsules à café, en utilisant plutôt une cafetière italienne ou une machine à café sans dosette. Le shampoing et le gel douche, en optant pour des produits solides, sans emballage. D'autres objets et techniques en provenance du Japon pourraient bien intégrer de plus en plus notre quotidien plus durable, si ce n'est pas déjà le cas. 

Le tawashi

Combien d'éponges jaunes et vertes avons-nous déjà jetées au cours de notre vie ? Des centaines, sans aucun doute. N'existe-il pas pourtant une alternative zéro déchet et réutilisable ? Celle-ci semble bien exister, et porte le nom de "tawashi". Il s'agit d'une éponge durable, que l'on peut fabriquer soi-même (voir le tutoriel ci-dessous) à partir de vieux vêtements auxquels on souhaite donner une seconde vie, et qui va venir remplacer l'éponge traditionnelle. Bien réalisée, celle-ci s'avère être très résistante : une fois sale, on la lave et on la réutilise. Pour la fabriquer, on se munit d'une planche de bois, de clous, de tissus issus d'un vêtement en coton, de ciseaux, d'un marteau, d'un crayon et d'une règle. Le tawashi peut également remplacer le gant de toilette. On en trouve notamment sur la plateforme Etsy.


L'oriculi 

À compter du 1er janvier 2020, la mise sur le marché des cotons-tiges en plastique sera interdite en France. Cette disposition de lutte contre la pollution vise à favoriser la réduction du plastique dans les déchets en mer. Difficile à ce sujet de ne pas penser à la célèbre photo prise par le photographe californien Justin Hofman, qui faisait le tour des réseaux sociaux il y a un an, d'un petit hippocampe agrippé à un coton-tige :

Une solution toute trouvée et zéro déchet : l'oriculi, sorte de cure-oreilles originaire du Japon mais aussi de la Chine, qui prend la forme d'un petit bâtonnet, le plus souvent en bambou, dont l'une des extrémités est recourbée. Celui-ci a l'avantage d'être utilisable à vie, ou presque. Attention, il sert simplement à retirer le cérumen visible à l'entrée de l'oreille et il ne faut surtout pas aller plus loin au risque d'endommager son tympan. On en trouve chez Greenweez, Le Monde du Bio, Brindilles, Lamazuna... 


Le furoshiki

Les anniversaires et les courses tout au long de l'année sont autant d'occasions de produire des déchets à foison, entre le papier cadeau et les sacs en plastique jetés après une simple utilisation... Quelle alternative lorsque l'on sait que 500 milliards de sacs plastiques sont distribués chaque année dans le monde, finissant tout droit dans la nature et les océans ? Et que plus d'un million de tonnes de papier est utilisé chaque année pour emballer les cadeaux de Noël ? C'est là qu'intervient précisément l'art du "furoshiki". Le furoshiki est un carré de tissu japonais que l'on utilise pour emballer des cadeaux ou transporter des affaires... Et cet emballage est tout un art (voir la vidéo ci-dessous) ! On en trouve notamment sur le site de Bento&co. 

Du 1er au 6 novembre prochain sera d'ailleurs installé sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris un furoshiki géant conçu par l'architecte Tsuyoshi Tane, à l'occasion du Tandem culturel Paris-Tokyo. Des créations de furoshiki y seront présentées, dans le cadre d'une exposition sur l'art du furoshiki, avec des démonstrations.