Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

ID en régions

Confinement : un pépiniériste dépose ses fleurs invendues sur les tombes de sa commune

En Bretagne, un pépiniériste dépose ses fleurs invendues sur les tombes du cimetière de sa commune.
© Facebook / Végétal Banliat

Si les nouvelles liées à la crise sanitaire que connaît actuellement la France sont catastrophiques, de belles initiatives fleurissent néanmoins partout dans le pays. Et notamment en Bretagne, où un pépiniériste dépose ses fleurs invendues sur les tombes du cimetière de sa commune.

Attendre que passe l’orage. Bien qu’il semble s’agir de la solution la plus efficace pour enrayer la pandémie, le confinement représente cependant un manque à gagner conséquent pour beaucoup. C’est le cas de Romain Banliat, un pépiniériste qui, à cause du confinement, se retrouve avec de très nombreuses fleurs invendues. Une idée lui vient alors naturellement en tête : les déposer sur les tombes du cimetière de la commune dans laquelle il travaille, à Plerguer, en Ille-et-Vilaine. "Elles étaient magnifiques. C’était la semaine où nous devions les vendre. Je les ai chargées dans mon camion en direction du cimetière sans me poser de question", explique le pépiniériste à ID.

Âgé de 30 ans, Romain Banliat est à la tête de son entreprise "Végétal Banliat" depuis plusieurs années. "Cela fait huit ans que j’ai mon activité là-bas, j’ai une clientèle très fidèle. Je ne pouvais pas mieux les remercier qu’en faisant cela. Je crois que cela les a touchés, et moi aussi d’ailleurs", confie-t-il. La pandémie de coronavirus constitue un frein important à l’économie de son entreprise : "Les mois de mars, avril et mai représentent habituellement 70 % de mon chiffre d’affaire annuel", s'inquiète-t-il.

Suite à cette action, Romain Banliat a reçu de très nombreux messages de soutiens à travers toute la France, mais aussi des appels de proches des personnes défuntes, notamment une maman dont le fils est enterré dans le cimetière de Plerguer. "Lorsque vous fleurissez des tombes d’enfants sans même le savoir, et que la maman vous appelle en pleurs pour vous remercier parce qu’elle ne peut pas se déplacer, c’est forcément touchant", s'émeut le fleuriste. 

Pour recevoir toutes nos informations, abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire : Tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs.