Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

le brief'

Transition écologique : les actus de la semaine du 3 mai

Assemblée nationale, Paris.
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP

Loi climat, fonte des glaces, crise alimentaire, commerce équitable... Voici ce qu'il ne fallait pas manquer cette semaine.

L'Afrique du Sud met fin à l'élevage des lions en captivité

La ministre de l'Environnement sud-africaine, Barbara Creecy, a annoncé dimanche dernier l'intention du pays de mettre fin à l'élevage des lions en captivité. En attendant une loi pour entériner la mesure, l'idée est de promouvoir une image plus "authentique" du pays, a-t-elle déclaré en conférence de presse. "Nous ne voulons plus d'élevage en captivité, de chasse (d'animaux élevés) en captivité, de câlinerie (de lionceaux) en captivité, d'utilisation de lions en captivité". 

La forêt amazonienne désormais émettrice de carbone

La forêt amazonienne brésilienne a rejeté plus de carbone qu'elle n'en a absorbé ces dix dernières années. Ce basculement "majeur et inédit" a été révélé cette semaine par une étude internationale publiée dans Nature.

Victime du changement climatique, l'Amazonie brésilienne a perdu 60 % de sa biomasse entre 2010 et 2019. Pour la première fois, les pertes nettes de carbone de cette forêt sont environ 18 % supérieures aux gains.

Le projet de loi "Climat et résilience", adopté en première lecture

Le fameux projet de loi climat a passé le cap de l'Assemblée nationale. Ce texte issu des travaux de la Convention citoyenne pour le climat a été adopté en première lecture : la navette parlementaire suivra sa route vers le Sénat à la mi-juin. Si le projet a fait couler beaucoup d'encre depuis des mois, il ne convainc toujours pas l'opinion. Des militants ont d'ailleurs manifesté devant le Palais Bourbon au moment du vote. Les principales mesures du texte sont à lire ici.

La France veut sortir du plastique à usage unique d'ici 2040

Le décret "3R" (Réduire, réemployer, recycler) a été publié par le ministère de la Transition écologique ce 30 avril. Pour la première fois, la France s'est fixé l'objectif de sortir des emballages plastiques à usage unique d'ici 2040. En revanche, le texte est rédigé sur une base incitative sans pour autant prévoir de sanctions. Etape par étape, il prévoit également une réduction de 20 % de ces emballages d'ici 2025. 

La finance française teste sa résistance au dérèglement climatique

Pour la première fois, le secteur financier a réalisé un "stress test climatique". Neuf groupes bancaires et quinze assurances français ont été évalués quant à leur résistance aux changements climatiques. Des exercices du même type doivent également être réalisés par la Banque centrale européenne et la Banque d'Angleterre. 

Au Sénat, la droite veut revoir la proposition de référendum climat

Alors qu'Emmanuel Macron veut inscrire, à l'aide d'un référendum, le climat dans la Constitution, la majorité sénatoriale de droite a proposé ce mercredi une nouvelle rédaction du projet. 

Pour l'exécutif, il s'agit de graver à l'article 1 de la Loi fondamentale que la France "garantit la préservation de l'environnement et de la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique". Si cette formule a été approuvée en mars par l'Assemblée, les sénateurs pour leur part ont opté pour la formule suivante : la France "préserve l'environnement ainsi que la diversité biologique et agit contre le dérèglement climatique, dans les conditions prévues par la Charte de l'environnement de 2004".

L'organisation d'un référendum nécessite au préalable l'accord de l'Assemblée nationale et du Sénat sur un même texte.

Les crises alimentaires ont empiré en 2020

Conflits, crises économiques, pandémies, événement climatiques sont autant de facteurs qui ont empiré la situation alimentaire mondiale. Selon ce rapport, publié mercredi, l'an dernier, 155 millions de personnes dans 55 pays se trouvaient dans une situation de "crise". Soit 20 millions de plus qu'en 2019. Plus de 28 millions de personnes dans 38 pays étaient également plongées dans une situation d'"urgence alimentaire". Et, selon les auteurs, l'année 2021 s'annonce elle aussi "difficile". 

Malgré la crise sanitaire, le commerce équitable reste en bonne santé

Crise économique ou crise sanitaire n'ont pas mis à mal le secteur du commerce équitable français. Celui-ci a d'ailleurs progressé en 2020 de 12 %. "Cela montre que nous sommes sur une tendance lourde et profonde qui va au-delà de la mode et qui résiste à la conjoncture", selon Julie Stoll, déléguée générale du collectif Commerce équitable France, qui publie ce baromètre annuel auprès de l'AFP.

A 1,5°C, la hausse du niveau des océans pourrait être limitée

Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C permettrait de réduire de moitié la hausse du niveau des océans liée à la fonte des glaces au cours du siècle, selon une étude parue mercredi dans Nature.

Si "le niveau global des océans va continuer à augmenter", selon l'auteur principal, Tamsin Edwards, du King's College à Londres, "nous pouvons réduire de moitié la contribution de la fonte des glaces si nous limitons le réchauffement climatique à 1,5°C comparé aux engagements actuels" des Etats, qui conduiraient à une hausse des températures autour de 3°C. La fonte des glaces contribuerait ainsi à faire monter les océans de 13 centimètres d'ici 2100, contre 25 centimètres selon les projections actuelles.

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Se mettre (vraiment) au zéro déchet : mode d’emploi ». 

Au sommaire :  tout pour comprendre ce que contiennent réellement nos poubelles et comment les réduire.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs