Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

le brief'

Transition écologique : les actus de la semaine du 24 mai

©JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Maltraitance animale, "vraie loi climat", nouvelle PAC, 1,5 degrés... Voici ce qu'il ne fallait pas manquer cette semaine.

Shell plie face aux ONG devant les tribunaux

Dénouement de l'affaire baptisée "le peuple contre Shell" au Pays-Bas, aux termes d'un procès "historique". Le géant pétrolier a été rappelé à l'ordre par la justice néerlandaise : l'entreprise Shell devra réduire de 45 % ses émissions nettes d'ici 2030, par rapport à 2019. 

Les ONG à l'initiative de cette affaire ont salué un "verdict historique" : pour la première fois, une entreprise est contrainte par la justice de s'aligner sur l'accord de Paris. Le groupe, de son coté, a annoncé par communiqué qu'il ferait appel de ce verdict "décevant". 

Une trajectoire d'1,5 degrés en 2025, s'alarme l'ONU

Le 1,5 degré supplémentaire, seuil emblématique fixé par l'accord de paris, pourrait bien être atteint en 2025, a averti l'ONU. Selon cette étude du Meterological Office britannique pour l'Organisation météorologique mondiale (OMM),"il est probable à 40 % que la température mondiale annuelle moyenne soit temporairement supérieure de 1,5°C aux valeurs préindustrielles pendant au moins l'une des cinq prochaines années, et cette probabilité augmente avec le temps". 

Les femmes cheffes d'entreprises de plus en plus nombreuses, mais toujours minoritaires

Selon une étude publiée par l'organisation de jeunes dirigeants YPO, le Financial Times et ONU Femmes, ces dernières sont de plus en plus nombreuses à la tête des entreprises dans le monde mais restent tout de même minoritaires.

En outre, près d'une femme PDG sur deux dit avoir dû surmonter des préjugés, nous apprend cette même étude. Enfin, il faudrait en moyenne deux ans de plus aux femmes qu'aux hommes pour accéder à ces postes à responsabilité.

Le pape François pourrait participer à la COP 26 

Prévue à Glasgow l'hiver prochain, la 26ème Conférence des parties (COP 26pourrait voir la visite du pape François, a indiqué le Vatican cette semaine. Dans un message vidéo, celui-ci a également annoncé le lancement d'un projet de sept ans au sein de l'Eglise pour faire avancer les questions écologiques et sociales soulevées par l'encyclique "Laudato si" de 2015.

Nouvelle PAC : qu'est-ce qui coince ? 

Les débats en France et en Europe autour de la nouvelle politique agricole commune (PAC) font rage. Vendredi 21 mai, le collectif "Pour une autre PAC" - qui réunit plusieurs organisations comme la Fédération nationale d'agriculture biologique, la Confédération paysanne, le WWF France, Greenpeace... - a été reçu par le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie. Après cette réunion, ils ont dénoncé un "statu quo irresponsable". Problème : dans la future PAC, le gouvernement entérine la disparition d'aides spécifiques à l'agriculture bio une fois la conversion faite. Le ministère considère que le marché est déjà suffisamment rémunérateur et entend simplement maintenir les subventions à destination des agriculteurs en cours de conversion au bio.

"Vraie loi climat" : le Sénat vert a présenté son contre-projet

Les sénateurs écologistes ont présenté cette semaine leur contre-projet, pour une "vraie loi climat". La centaine de propositions se décline en six grands chapitres : transports, bâtiment, agriculture, industrie, énergie et déchets. 

Le projet de loi Climat et résilience, pour sa part, est attendu dans l'hémicycle à la mi-juin. 

Maltraitance animale : parlementaires et ONG appellent à légiférer

Dans les colonnes du Journal du Dimanche (JDD), trente parlementaires, ainsi que des ONG, ont signé une lettre ouverte adressée au Premier ministre Jean Castex. Ils appellent le gouvernement à faire bouger les lignes sur la maltraitance animale.

Après un projet de loi voté par les députés au début de l'année, les signataires réclament un cadre législatif au Sénat. "Un pan entier des êtres vivants doués de sensibilité est aujourd'hui laissé sans protection suffisante et il appartient aux décideurs politiques d'y remédier", ont-ils plaidé. "Nous demandons donc au gouvernement d'intervenir pour que ce texte soit mis à l'ordre du jour du Sénat".

La City finance plus d'émissions que le pays n'en émet

Au Royaume-Uni, les émissions de CO2 financées par les banques et les gestionnaires d'actifs représentent le double de celles rejetées par le pays, a-t-on appris d'une étude conjointe de Greenpeace et WWF. "Nos résultats montrent que les émissions de CO2 associées aux sociétés financières analysées s'élèvent à 805 millions de tonnes", avec un peu plus de la moitié pour les banques, le reste pour les gestionnaires d'actifs, d'après leurs données publiées à partir de 2019.

Les deux ONG appellent ainsi Londres à agir : "A ce jour, ni le gouvernement ni aucun régulateur n'a pris de mesures adéquates pour s'attaquer au problème des émissions mondiales financées par les institutions financières privées au Royaume-Uni et s'assurer qu'elles alignent leurs activités aux ambitions" du pays, à savoir la neutralité carbone d'ici 2050.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire : tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs