Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

Charles III, un roi écologiste

Roi Charles III.
©PHIL NOBLE/POOL/AFP

Le nouveau roi Charles III est un écologiste convaincu, qui milite depuis longtemps pour la protection de la nature, une agriculture biologique et la lutte contre le changement climatique, un engagement qui pourrait séduire les jeunes Britanniques.

Entre deux photos de rencontres officielles et d'inaugurations, son compte Instagram en tant que Prince de Galles regorgeait de photos le montrant dans la mangrove menacée des îles Saint-Vincent et Grenadines, plantant un arbre pour la Journée mondiale de l'environnement, exposant les fruits et légumes biologiques de sa résidence de Clarence House, ou mettant en avant les fleurs colorées de son jardin chéri de Highgrove, dans l'ouest du pays. L'an dernier, lors de la Conférence internationale pour le climat (COP) à Glasgow en Ecosse, c'est lui qui prononce le discours d'ouverture, dans lequel il exhorte les chefs d'Etat et de gouvernement assis devant lui à redoubler d'efforts dans la lutte contre le réchauffement climatique, car "le temps (pour tergiverser) est écoulé".

Engagé depuis 1970

Depuis son premier discours public sur le sujet en 1970, le nouveau roi de 73 ans "contribue à la prise de conscience sur tous les aspects liés à l'environnement depuis très longtemps. Sur de nombreux aspects, il a été en avance sur le public et des politiques", autour des enjeux climatiques, explique à l'AFP Bob Ward, de l'Institut de recherche sur le changement climatique et l'environnement Grantham. "Et il ne s'intéresse pas seulement à l'identification des problèmes, mais à la manière de trouver des solutions", ajoute-t-il.

Dans son domaine de Highgrove dans le Gloucestershire, dans l'ouest de l'Angleterre, Charles III a créé un jardin, ouvert au public, et une ferme entièrement biologique. Une conversion qui a laissé dubitatif au départ certains fermiers voisins, mais qui est devenue au fil du temps une entreprise à succès, vendant même ses productions sous la gamme Duchy Originals dans les supermarchés haut de gamme Waitrose.

Attaché à adopter un mode de vie "plus soutenable", il a entrepris de verdir ses propriétés royales, en "réduisant l'utilisation des énergies fossiles et en les remplaçant par des énergies renouvelables" à 90 %, selon le site internet officiel dédié à son activité passée en tant que Prince de Galles.

Il publie depuis plusieurs années son bilan carbone annuel - voyages non officiels compris - qui s'élevait à 445 tonnes entre mars 2021 et mars 2022. Sa voiture, une Aston Martin qu'il possède depuis plus de 50 ans, a été modifiée pour pouvoir rouler avec du surplus de vin blanc anglais et du lactosérum provenant du processus de fabrication du fromage. Elle fonctionne avec un mélange de 85 % de bioéthanol et 15 % d'essence sans plomb.

Président de l'ONG écologique WWF au Royaume-Uni depuis 2011, comme son père le Prince Philip avant lui, parrain de plusieurs autres associations, comme "Surfers against sewage" (Surfeurs contre les eaux usées), il multiplie les interventions et discours pour alerter sur la disparition de la biodiversité, à l'image d'une tribune dans le magazine américain Newsweek en avril dernier.

"Tout sauf de la politique"

Ses prises de positions ont parfois été critiquées et considérées comme des sorties inconstitutionnelles de la réserve politique exigée des membres de la famille royale.

"Il a toujours été conscient de sa position en tant qu'héritier du trône... Il sera certainement attentif en tant que chef d'Etat. Il va devoir faire très attention à ce qu'on ne considère pas qu'il agit d'une manière à vouloir mettre la pression sur le gouvernement", analyse Bob Ward. "Mais je ne pense pas qu'il va arrêter de parler totalement" de ces sujets, ajoute-t-il. "Il doit vraiment faire pression en matière d'environnement et en faire son héritage.... C'est tout sauf de la politique. Il s'agit de l'avenir de l'humanité", espérait vendredi Ruby Wright, une illustratrice de 42 ans venue se recueillir devant Buckingham Palace au lendemain du décès de la reine Elizabeth II.

Son engagement "est une chose importante pour ma génération", abondait Laura Beirne, une styliste de 30 ans. "J'ai trouvé que c'était très bien qu'il en parle durant le Jubilé de la Reine", en juin dernier, organisé pour célébrer ses 70 ans de règne. Maintenant qu'il a succédé à sa mère, Charles III ne pourra certainement plus consacrer autant de temps à sa passion pour le jardinage et l'agriculture, lui qui avouait dans une interview en 1986 qu'il parlait aux plantes, s'attirant des moqueries. Mais le relai est déjà transmis. Son fils William, désormais Prince de Galles, partage son engagement, et a notamment créé l'an dernier le prix Earthshot qui récompense des projets proposant des solutions à la crise climatique.

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Vous aimerez également notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire : Tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs