Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Miel : après des conditions climatiques difficiles, les abeilles produisent peu

©Photografiero/Shutterstock

Le gel, le mauvais temps, un "printemps détestable" ont mis en 2021 les abeilles au chômage technique, selon les apiculteurs.

Gel, froid, pluie, vent : ce printemps "assez détestable" a nui au travail des abeilles dans une large partie de l'Hexagone, soulignent les apiculteurs qui s'attendent à une faible récolte de miel d'acacia, de thym, de romarin et de colza. "La première partie de la saison a été très compliquée en raison des conditions climatiques", déclare à l'AFP Henri Clément, secrétaire général de l'Unaf (Union nationale de l'apiculture française). "Il y a eu énormément de gelées un peu partout, certaines miellées (période de floraison et de production de nectar, butiné par les abeilles, ndlr) ont été perdues, comme par exemple celle d'acacia, dans beaucoup d'endroits", souligne cet apiculteur de Lozère.

Une mauvaise récolte en vue

Pour le colza, "on est à peu près sur un tiers - ou la moitié dans le meilleur des cas - de la récolte de l'an dernier" (qui avait été bonne), avance-t-il. "Certains apiculteurs ont même été obligés de nourrir les ruches pour leur permettre de survivre pendant ces semaines de mauvais temps". "Il y a très peu de miel actuellement", confirme Christian Pons, président de l'Unaf. Si la Bretagne semble "tirer son épingle du jeu", de même que la Vendée pour le miel de colza, ce n'est pas le cas dans l'est de la France. Ni dans le nord. Dans le centre de la France, ce n'est "pas bon du tout", notamment pour le miel d'acacia. Dans le sud, la récolte de miels aromatiques (thym, romarin, garrigue...) "n'a pas donné", ajoute cet apiculteur de l'Hérault. "Sur les étals des marchés, il y aura peu de miels français d'acacia, de thym, de romarin" notamment, pronostique Christian Pons.

"Cela ne veut pas dire que la saison est perdue" pour autant, relève Henri Clément. "Plusieurs miellées vont arriver" (châtaignier,  tilleul, lavande...). "Tout dépendra de juin et juillet, deux mois essentiels". L'an passé, conséquence plus ou moins directe du confinement, la récolte avait été fructueuse

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire : Tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs.