Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

info partenaire

Et si on faisait de chez soi un refuge pour les abeilles sauvages?

Une BeeHome by Pollinature, destinée à accueillir des abeilles maçonnes.
©Pollinature

Les abeilles, par leur rôle de pollinisation, sont essentielles à la bonne santé de notre environnement, ainsi qu’à notre alimentation. Une entreprise propose d’agir, à son échelle, pour une meilleure connaissance et une meilleure santé des populations d’abeilles sauvages.  

Les abeilles sont des piliers de la biodiversité. Près d’un tiers de l’alimentation mondiale dépendrait de cette pollinisation ; l’Institut national de recherche agronomique (INRA) évalue leur impact économique mondial à 153 milliards d’euros par an. Aujourd’hui, nous connaissons essentiellement l’abeille domestique, qui constitue le gros des populations d’abeilles françaises et que l’on rencontre partout dans les parcs et jardins, si bien que peu de gens soupçonnent la diversité réelle de cette famille d’insectes. On n’entend que peu parler de l’osmie rousse ou de l’abeille cotonnière. Pour ces abeilles maçonnes, pas de miel produit, ni de colonies à former, elles sont dites « solitaires ». Et leur importance est inversement proportionnelle à leur renommée : ce sont de grandes pollinisatrices qui participent, elles aussi, à la bonne santé de la flore et des cultures.

C’est donc dans ce contexte que Pollinature, entreprise suisse importée en France en 2018, entend mettre à contribution le plus grand nombre pour venir en aide à ces insectes. Elle a développé des « BeeHomes », des petites boîtes en bois contenant des tubes. À l’achat, pour lequel on comptera 75 euros (premier prix), on reçoit une BeeHome ainsi qu’un kit avec des tubes contenant une population de cocons d’abeilles maçonnes, qui se développeront dans leur boîte un fois les températures suffisamment clémentes. C’est alors l’occasion de les observer de près, d’autant qu’elles ne sont pas agressives et peu sensibles au dérangement. Une fois le dispositif installé, Pollinature, avec son équipe composée en partie de biologistes, fait le pari d’une information rigoureuse au client pour l’accompagner le plus loin possible dans sa démarche. Des conseils d’installation de la BeeHome, les choix possibles d’espèces de fleurs sauvages à tenir à disposition des abeilles, ou encore des fiches d’identification de nombreuses espèces sont disponibles en ligne.

Un geste à la portée de tous

L’accueil des abeilles est à la portée de tout le monde, pourvu que l’on dispose d’un peu d’espace chez soi. Chloé Humbert-Droz, responsable pour BeeHome by Pollinature, explique : « Il faut simplement pouvoir installer la BeeHome à l'extérieur, ci-possible contre un mur (pour la protéger des intempéries) et au moins à 50 centimètres du sol. Une exposition au soleil dès le matin est optimale, mais pas fondamentale. » Disposer de fleurs chez soi, y compris sur un balcon, est préférable pour les abeilles même si elles sont susceptibles de se déplacer sur plusieurs centaines de mètres pour se nourrir. Leur présence peut aussi être bénéfique pour le propriétaire de la BeeHome s’il possède des cultures (arbres fruitiers, baies, etc). En effet, on pourra aussi, potentiellement, observer de meilleurs rendements pour ses plantes cultivées grâce à une plus grande qualité de pollinisation.

Acquérir une BeeHome revient donc à créer un cercle vertueux. D’une part, le bénéfice sera bien réel pour son environnement proche : une amélioration de la pollinisation, qui aura un impact positif sur la diversité des végétaux. De l’autre, en portant à notre connaissance des populations d’insectes méconnues, une BeeHome permet une sensibilisation, au-delà des abeilles, à la nature toute entière, pour l’apprécier dans toute sa diversité. « Ce sont les connaissances acquises par le propriétaire et toutes les autres actions que celui-ci va mettre en œuvre pour ses abeilles qui vont avoir un impact positif », insiste Chloé Humbert-Droz. « En prenant soin d’une petite population d'abeilles maçonnes, on va, sans s'en rendre compte, offrir des fleurs à bien d'autres espèces », ajoute-t-elle. Un moyen de perpétuer, à son échelle, le co-développement millénaire des abeilles et des végétaux tout en en apprenant davantage sur son environnement.

En partenariat avec Pollinature.

 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, commandez notre guide « L’écologie à la maison ».

 

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour une vie quotidienne placée sous le signe de l’écologie dans toutes les pièces de la maison !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs