Environnement

Les 3 actus qu'il ne fallait pas manquer cette semaine : affaire du siècle, dioxyde de titane et gratuité des transports en commun

©Capture d'écran l'affaire du siècle

A la une de l'actualité durable cette semaine : la mobilisation citoyenne en soutien à "l'affaire du siècle" ne fléchit pas, l'utilisation du dioxyde de titane ne sera pas suspendu dans l'immédiat et les transports en commun parisiens seront prochainement gratuits pour les enfants.

Un mois à peine après son lancement, la pétition pour soutenir "L'affaire du siècle" menée par quatre associations à l'encontre de l'Etat pour "inaction climatique" a passé la barre des 2 millions de signatures. Une mobilisation historique dont se félicitent les quatre associations à l'initiative de cette procédure inédite. "Cette mobilisation traduit la préoccupation croissante des citoyennes et des citoyens sur les questions climatiques et environnementales, alors que l’urgence est manifeste et que les impacts sont déjà visibles en France et dans le monde", peut-on lire dans un communiqué commun.

Pour rappel, la Fondation pour la Nature et pour l'Homme (FNH), Oxfam France, Notre Affaire à Tous et Greenpeace France ont adressé le 17 décembre un courrier de demande préalable au Premier ministre ainsi qu'à 12 autres membres du gouvernement réclamant la mise en place de mesures concrètes afin que la France respecte ses obligations et engagements en matière de lutte contre le réchauffement climatique. A défaut de réponse satisfaisante dans les deux mois, l'affaire pourra être portée devant le Tribunal administratif.

En attendant "une réponse à la hauteur de cette mobilisation exceptionnelle et de l’urgence climatique", les demandeurs espèrent maintenant atteindre les 3 millions de soutiens, peut-on lire sur le site internet de l'Affaire du siècle.

Dioxyde de titane : la suite au prochain épisode ?

Nouveau rebondissement dans la saga du dioxyde de titane. Son utilisation dans les produits alimentaires ne sera pas suspendue pour le moment, a indiqué Bruno Le Maire, invité de l'émission C à vous diffusée sur France 5 mardi 8 janvier. Le ministre de l'Economie préfère attendre la publication du rapport de l'ANSES sur l'évaluation des risques liés aux nanoparticules dans l'alimentation qui devrait intervenir au second semestre 2019. "Dans le doute, c'est aux industriels de s'abstenir" a ajouté le ministre. Une position qui fait bondir les ONG. "Dans le doute, c'est le principe de précaution qui doit s'appliquer, et s'appliquer prioritairement à la protection des consommateurs et pas à la protection des procédés de l'industrie", a déclaré Olivier Andrault, d'UFC-Que Choisir à l'AFP. Vingt d'entre elles appelaient le gouvernement à mettre en place cette suspension dans une tribune du 24 décembre 2018 publié dans Le Monde.

"La loi doit être appliquée. Ce n'est pas en fonction des intérêts de tel ou tel secteur d'activité qu'il faut maintenant revenir dessus", a déclaré le député LREM Matthieu Orphelin à l'AFP. La loi, c'est la loi Alimentation promulguée au mois de novembre, dont l'une des dispositions prévoit la suspension de l'additif controversé, classé "cancérogène probable" par le Centre international de recherche contre le cancer (CIRC). Disposition qui ne pourra cependant être mise en application que par la publication d'un arrêté ministériel.

Faut-il rendre les transports en commun gratuits ?

A compter du mois de septembre, les transports en commun parisiens seront gratuits pour les enfants parisiens de 4 à 11 ans et les personnes handicapées parisiennes de moins de 20 ans, le pass Navigo remboursé en partie pour les collégiens et lycéens de la capitale et l'abonnement Vélib pris en charge pour les 14-18 ans, a indiqué la mairie de Paris à l'AFP mercredi 9 janvier.

La mairie de Paris suit ainsi les recommandations du rapport "Pour un Big Bang de la tarification des transports dans le Grand Paris" qui lui a été remis le même jour. Pas question en revanche de mettre en place la gratuité totale, contrairement à ce qu'envisageait Anne Hidalgo il y a seulement quelques semaines, cette mesure n'étant pas, selon les auteurs du rapport, "une solution efficace" pour "réduire la place de la voiture individuelle".

Mais aussi...

Pendant tout le mois de janvier, ID publiera chaque jour une idée de résolution durable que vous pourrez décider de suivre cette année.

Au programme cette semaine : s'inscrire à Lundi vert pour manger moins de viande, le choix d'un fournisseur d'électricité vert, choisir des vêtements éthiques et responsables, faire ses courses en vrac et fabriquer sa propre lessive.