Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Entreprises

Cette entreprise donne une seconde vie à vos lunettes

Lunettes reconditionnées par Les lunettes de Zac.
©Yanis Chaoui

Selon une étude réalisée pour Atol les Opticiens, 100 millions de paires de lunettes dormiraient au fond des tiroirs des Français. Forte de ce constat, la startup Les lunettes de Zac s’est récemment lancée dans le reconditionnement de lunettes à grande échelle.

Simple accessoire ou objet indispensable du quotidien, la paire de lunettes occupe une place importante dans le quotidien d’un grand nombre d’individus. Néanmoins, une fois remplacée, il est souvent difficile de lui offrir une seconde vie. C’est en partant de ce constat qu’Ophélie Vanbremeersch, étudiante de 20 ans a fondé Les lunettes de Zac en février dernier. Prônant la seconde main, cette entreprise collecte, reconditionne, et vend des montures aux opticiens. Lauréate du prix Enactus Festival 2020, qui accompagne les étudiants dans leur projet professionnel, cette startup est installée dans la campagne lilloise.

Des montures abordables et écoresponsables

Travaillant en collaboration avec l’entreprise AlterEos, qui s’occupe de toute la partie reconditionnement, Les lunettes de Zac ne se positionne pas comme un concurrent des opticiens, mais comme un distributeur. "Nous allons leur vendre nos montures. Le but c’est que les gens puissent trouver des produits à moindre coût et écoresponsables, qui sont à la fois plus abordables pour l’opticien puisqu’on est entre 30 et 50 % moins cher qu’un autre distributeur, mais aussi plus abordable pour le client final puisque nous sommes 40 à 60 % moins cher qu’une paire de lunettes neuve", explique Ophélie Vanbremeersch.

Lunettes reconditionnées par Les lunettes de Zac.
©Yanis Chaoui

Écoles, opticiens, entreprises, banques, etc. La startup travaille en collaboration avec de nombreuses structures afin de récupérer un maximum de montures, qu’elles soient solaires ou de correction. À l’heure actuelle, plus de 10 000 paires de lunettes ont été récupérées. Néanmoins, la crise sanitaire a considérablement freiné l’activité de l’entreprise, qui n’a pour le moment pas commencé à vendre ses montures reconditionnées. "Avec la Covid-19, tout a été à l’arrêt, nous aurions dû avoir 2000 lunettes reconditionnées que nous n’avons finalement pas pu produire en cette période", concède Ophélie Vanbremeersch.

C’est durant un cours de philosophie, en classe de terminale que l’idée de reconditionner des montures obsolètes germe dans l’esprit d'Ophélie Vanbremeersch. "J’ai regardé mes lunettes et je me suis dit ‘qu’est ce qu’on en fait ?’. Depuis toute petite, je baigne dans un environnement social et écologique, grâce à mon éducation. Ma mère s’investissait beaucoup au sein d’associations et mon père était très sensible à l’environnement. Et ce projet, c’est en quelque sorte une synthèse des deux." Si plusieurs centaines de paires de lunettes ont déjà été reconditionnées, il faudra attendre le mois de septembre pour trouver les premières montures éthiques sur les étals de plusieurs opticiens de France. Elles sont néanmoins d'ores et déjà disponibles sur le site internet de l'entreprise, avec des prix à la baisse, puisqu'aucun intermédiaire n'intervient dans la transaction.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre  guide pratique «  La mode éthique dans nos dressings  ». 

Au sommaire :  interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour  se  mettre à la mode éthique ! 

©ID, l'Info Durable

Pour en savoir plus  et commander votre guide,  c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs. 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.