Conso

Cinq objets à emmener dans sa valise pour des vacances au soleil écolos

©Gary Reinwald/Shutterstock

En plus de prendre plus souvent l'avion, notamment grâce aux prix cassés des compagnies low-cost, nous avons tendance en vacances à prendre des habitudes que nous n'avons pas nécessairement au quotidien. Parmi celles-ci, le fait de se promener avec des bouteilles d'eau en plastique, d'utiliser des échantillons de shampoing à l'hôtel, d'imprimer ses billets et plans de voyage, d'acheter des souvenirs "made in China"... Cette année, c'est décidé, on arrête les dégâts. 

Transport, logement, alimentation, shopping... Le tourisme est à l'origine de près de 10 % des émissions de gaz à effet de serre selon une étude publiée dans Nature Climate Change en 2018. "Outre la taille de la population, ce qui est préoccupant est que les gens tendent à voyager plus loin, plus fréquemment, et par avion, avec des revenus accrus", expliquait l'an dernier à l'AFP Ya-Yen Sun, de l'Ecole de commerce de l'Université du Queensland et co-auteur de l'étude. Si revoir nos habitudes de transport et notamment prendre moins systématiquement l'avion est inévitable pour réduire son empreinte carbone en vacances (au passage, la plateforme voyage.chiffres-carbone.fr calcule nos émissions de CO2 selon notre destination et notre mode de transport pour nous aider à faire les meilleurs choix), les petits gestes du quotidien comptent évidemment.

1. L'incontournable gourde

Cela commence dès le départ en vacances. La soif. Et la bouteille d'eau en plastique achetée 3, 5 € à la gare, à l'aéroport ou sur l'aire d'autoroute. Emmener une gourde à remplir permettrait pourtant dès le début de ses vacances et tout au long de celles-ci d'éviter un déchet loin d'être anodin, à l'heure où 89 milliards de bouteilles d'eau en plastique sont vendues chaque année dans le monde. Quelques conseils pour bien choisir sa gourde ici

2. Le shampoing solide, au cœur d'une trousse de toilette zéro déchet

Le fameux shampoing solide, celui que l'on emmène dans ses bagages, que l'on utilise pendant son séjour et que l'on abandonne à peine terminé dans la poubelle de l'hôtel... Lui aussi est un déchet évitable. Direction les savons et les shampoings solides de Secrets de Provence, ceux de chez Moé, de Louise émoi ou encore de Lamazuna par exemple. Pourquoi ne pas opter pour un dentifrice solide également ? Et tant qu'à faire, on oublie aussi le coton jetable que l'on remplace par des carrés réutilisables, et l'on troque les cotons-tiges contre un oriculi. 

3. Une crème solaire bien choisie

En novembre 2018, la République des Palaos a adopté une loi prévoyant l'interdiction des crèmes solaires dans le but de préserver ses coraux. L'île d'Hawaii a également voté une loi interdisant les crèmes solaires contenant du oxybenzone ou du octinoxate, mais cette dernière ne sera appliquée qu'à partir de janvier 2021. Car si la crème solaire est indispensable pour se protéger du soleil, elle n'est pas sans impact sur l'environnement. D’après une étude italienne25 % de la crème solaire des baigneurs - et de ses filtres chimiques - se propage dans l’océan, contribuant fortement au blanchissement des coraux. Le risque s'avère similaire pour le plancton, dont la croissance peut être inhibée par le dioxyde de titane présent dans certaines crèmes. Interrogée par 20 Minutes, Laurence Coiffard, professeure en galénique et cosmétologie à l’université de Nantes, conseille notamment de choisir une crème qui contient un nombre raisonnable de composants, soit une vingtaine. Pour y voir plus clair, relire notre article ici

4. Un tote bag et/ou un sac à vrac

Il nous suit déjà partout, alors pourquoi l'abandonner en vacances ? Le tote bag est notre allié pour faire des achats de produits locaux en vacances sans avoir recours aux sacs en plastique, que l'on refuse aux commerçants. Direction la section "sacs écologiques" de la plateforme de créateurs Etsy par exemple ! Et pour aller plus loin dans sa démarche zéro déchet, au moment de faire ses courses en vacances, on évite bien sûr les produits suremballés. 

5. Un brumisateur d'eau rechargeable

Stop les brumisateurs jetables pour se rafraîchir en plein cagnard : on opte pour un brumisateur d'eau rechargeable, et donc utilisable à l'infini ou presque ! On en retrouve notamment sur le site Sevellia, ou Ecobrumi.

Et pour les fumeurs, le cendrier de poche !

Petit rappel pour le quotidien :

©Manon Rouzier/ ID, L'info durable

 

A lire aussi
Commentaires
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.