Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Culture

Un Palais de la découverte hors les murs et écolo pour les scientifiques en herbe

Lors de l'inauguration des Etincelles, nouveau lieu éphémère du Palais de la Découverte, des élèves assistent à un atelier avec une médiatrice scientifique.
© LUDOVIC MARIN/AFP

Fermé pour travaux jusqu'en 2025, le Palais de la découverte à Paris a réinstallé son planétarium, ses fourmis et ses grenouilles dans une structure éphémère éco-construite, où les activités de médiation scientifique rouvriront au public ce mercredi 9 juin.

Reconnaissables à leurs chapiteaux pointus et colorés, "Les Etincelles", sises au coeur du parc André-Citroën, au sud-ouest de Paris, font écho à la salle d'exposition temporaire installée sur le Champ-de-Mars pendant les travaux du Grand Palais, dont le Palais de la découverte occupe une des ailes.

Le bâtiment en bois -770 m2 entièrement démontables- est vingt fois plus petit que le site historique, fermé au public depuis octobre 2020. Il regroupe quatre espaces de médiation scientifique (physique, chimie, biologie...), dont un petit planétarium, réservés aux scolaires en semaine, accessibles au public le mercredi et le week-end.

"Ca va faire le bonheur des enseignants et des enfants !", s'est félicitée la maire de Paris Anne Hidalgo, mardi 8 juin lors de l'inauguration.

Une réalisation écologique

En démarrant avec une jauge sanitaire à 65%, "Les Etincelles" ont été conçues pour accueillir "plusieurs dizaines de milliers de personnes par an", selon Bruno Maquart, président d'Universcience, l'établissement public regroupant le Palais de la découverte et la Cité des sciences.

Il a salué un "beau geste" architectural signé Loïc Julienne, spécialisé dans les réalisations éphémères et durables, comme le Centre Pompidou mobile en 2011.

Les travaux des "Etincelles" (2,8 millions d'euros) ont été réalisés sans polluer le site puisque sans emprise au sol (pas de coulée de ciment). La structure est appelée à être remontée ailleurs.

Les six chapiteaux, que l'architecte a comparés à des "chapeaux de fées", ont été recouverts avec des membranes recouvrant les parois des piscines usagées. A l'intérieur, de multiples éléments des murs du Palais ont été réutilisés, comme cette fresque historique représentant le nombre Pi.

Fondé en 1937 par le physicien et prix Nobel Jean Perrin, le Palais de la découverte doit rouvrir en 2025, avec une nouvelle offre destinée à l'éveil et au partage des sciences fondamentales.

Avec AFP

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire : tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs