Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Une association lutte contre le gaspillage alimentaire à vélo

Selon l'ADEME, chaque année 30 kg de déchets alimentaires sont produits par personne, dont 7 kg de déchets encore emballés.
©Biocycle

Créer la proximité entre les commerces et les associations locales afin de lutter contre le gaspillage des aliments boudés, c’est la mission assurée par Biocycle à Paris.

Donner une seconde chance aux invendus alimentaires, c’est le credo de l’association Biocycle. Celle-ci se donne pour mission de récupérer à Paris et ses alentours les aliments jetés des commerces de proximité, des grandes surfaces ainsi que des marchés, à travers des collectes réalisées en vélos-triporteurs équipés de bacs isothermes. Inscrite dans une logique de circuit court, l’association fait office de relais entre les donateurs et les bénéficiaires.

"L'idée s'est développée lorsque nous avons constaté dans une boulangerie le gaspillage alimentaire des produits alors que juste à côté, il y avait des personnes précaires qui avaient besoin de s'alimenter", explique le directeur de l'association, Jean François Recco, à ID

Toujours à vélo, les salariés et volontaires acheminent ces denrées alimentaires sauvées et triées jusqu’aux onze associations partenaires qui les redistribuent aux personnes en situation précaire. Elle contribue ainsi à sensibiliser les professionnels de la grande distribution alimentaire et de la restauration à la lutte contre le gaspillage. La dernière collecte en date s’est effectuée à Ivry-sur-Seine, et plus de 160 kg de fruits et légumes ont été récupérés et distribués à une association locale. En moyenne, Biocycle revalorise une tonne et demi des invendus chaque semaine qui sont redistribués à près de 600 personnes. Annuellement, cette collecte s’élève en moyenne à 50 tonnes soit 65 000 équivalents repas. À l'aide des vélos, le transport effectué n'impacte pas l'environnement.

La sensibilisation contre les pertes

En France, selon le ministère de la Transition écologique, le gaspillage alimentaire représente annuellement 10 millions de tonnes de produits, soit une valeur commerciale estimée à 16 milliards d’euros. Ce gaspillage pose notamment le problème du prélèvement inutile des ressources naturelles comme l’eau et les terres cultivables, qui pourraient être évitées. Ainsi, une étude publiée par l’Ademe en 2016 indique la répartition de ces pertes dans les quatre phases de la chaîne alimentaire : 32 % en phase de production, 21 % en phase de transformation, 14 % en phase de distribution et 33 % en phase de consommation. Ce qui représente une perte de 30 kg par personne et par an, dont 7 kg de déchets encore emballés.

Depuis la promulgation de la loi Garot en 2016, une série de mesures en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire ont été adoptées. La grande distribution est légalement tenue de donner ses invendus alimentaires à des associations et n’a plus le droit de les détruire. Il est également interdit "pour les distributeurs alimentaires de rendre impropres à la consommation des invendus encore consommables".

Pour développer plus largement la démarche anti-gaspillage, Biocycle complète son action à travers des ateliers et formations thématiques. Trois axes d’intervention sont portés par la structure : favoriser le relais entre les partenaires et bénéficiaires des invendus, sensibiliser le grand public au gaspillage alimentaire en lui présentant par exemple les "vélomixeurs", qui permettent la réalisation des smoothies à partir de fruits "moches". Et accompagner des entreprises et des collectivités locales pour avancer dans cette lutte. La structure compte aujourd'hui déployer ses activités à d’autres villes de la région Île-de-France.

 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

 Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide « La mode éthique dans nos dressings ».

Au sommaire : interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour se mettre à la mode éthique ! 

  

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs.