Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

ID en régions

Tarn: un collectif citoyen rachète des terres pour dynamiser l'activité agricole

Les membres du collectif Terres citoyennes albigeoises dans un champ.
©Terres citoyennes albigeoises

Organiser l’achat de terres agricoles pour assurer une production locale et durable, c’est le pari d’un collectif citoyen, qui se bat depuis 2020 pour dynamiser l’activité agricole dans le Tarn. 

Terres citoyennes albigeoises, une société coopérative d’intérêt collectif créée en 2019 (qui existait déjà depuis 2017 sous le nom d’"Albi ville comestible"), s’attache depuis plusieurs années à donner un coup de pouce au secteur agricole à l’échelle locale. Le collectif a acquis en 2020 ses 20 premiers hectares de terres et le premier projet à être implanté sur ces dernières a vu le jour en ce début avril 2021. Il s’agir de la pépinière Sebtan, installée sur un hectare de la parcelle et spécialisée dans la production fruitière, en particulier les fruits rares et exotiques acclimatés à nos latitudes.

L’association définit son objectif principal comme la "préservation des terres agricoles, développer une agriculture nourricière, agroécologique et paysanne, et soutenir l’installation et le développement des activités agricoles, par l’accès solidaire au foncier". Cette démarche est assortie d’une volonté de transition vers un modèle agricole durable, circulaire et vecteur de lien social, en impliquant les citoyens dans l’usage qui est fait de leur territoire.

Soutenir la production locale

Pour l’heure, le collectif intervient sur deux volets distincts : d’une part, des activités associatives, avec l’organisation d’événements et la sensibilisation, et de l’autre, des activités foncières autour de la recherche de terrains par le biais de la société coopérative d'intérêt collectif. Comme l’indique Pascal Henry, membre de l’association, son objectif à long terme est d’installer sur les 20 hectares de terrain une production maraîchère qui fait défaut aux environs d'Albi comme à d’autres zones géographiques. "C’est un constat pour beaucoup de territoires", explique Pascal Henry. "Les chaînes de production de plus en plus longues font que les territoires se spécialisent, dans certains cas au détriment de la culture des légumes", poursuit-il.

C’est notamment en cela que l’entreprise de Terres citoyennes albigeoises va plus loin que les achats de terres "classiques" via l’épargne solidaire, notamment la démarche du mouvement Terres de liens que l’association entend "prolonger" et approfondir. "C’est le même état d’esprit, mais en plus abouti, avec un degré d’implication supérieur des citoyens, par le biais de chantiers participatifs ou de jardins partagés", estime Pascal Henry, également membre de Terres de liens.

De plus en plus d’acteurs se sentent d'ailleurs concernés par la démarche, à l’image des producteurs eux-mêmes et des organisations agricoles. "C’est important car ils voient ainsi qu’ils sont soutenus", conclut Pascal Henry, qui espère que ce projet pourra consolider l’essor de la demande en circuits courts et en produits de qualité observé depuis plusieurs années.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Se mettre (vraiment) au zéro déchet : mode d’emploi ». 

Au sommaire :  tout pour comprendre ce que contiennent réellement nos poubelles et comment les réduire.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs