Chronique "rien de neuf"

Rien de neuf à Noël : de la seconde main sous le sapin

©Elena Schweitzer/Shutterstock

L'association Zero Waste France a lancé le défi "Rien de neuf" en début d'année. L'objectif : n'acheter aucun objet neuf en 2018. Gaëlle, notre rédactrice en chef, a décidé de se lancer et de faire le point chaque mois sur son expérience.

"Des poupées de bonhomme, des feuilles avec des fleurs dessus, des étoiles et le fantôme…" Les listes de Noël de ma nièce Olivia, quatre ans et demi, et de mon neveu Jonathan, deux ans et demi, sont extrêmement poétiques, mais suffisamment vagues pour me laisser une bonne marge de manœuvre dans ma première tentative d’un Noël "Rien de neuf". Après presque 12 mois de défi, je commence à m’habituer aux alternatives au neuf, mais je ne sais pas quel sera l’accueil réservé par les autres convives de Noël à ces cadeaux non conventionnels.

Mission jouets d’occasion

Après plusieurs tentatives infructueuses en pensant avoir repéré des magasins qui vendent des jouets d’occasion – mais en fait, non – tout en saluant intérieurement ma persévérance - je finis chez Rejoué. Une référence en la matière. Cette association collecte, trie, revalorise et revend des jouets d’occasion en favorisant la réinsertion professionnelle des personnes en situation de précarité. Je connais bien l’association, de nom, mais je ne suis jamais allée dans leur boutique du 14e arrondissement. Fidèle à mon anticipation habituelle, je m’y rends le samedi 22 décembre, 30 minutes avant la fermeture. Les bonnes affaires ont déjà dû partir. La mention « VENDU » scotchée à ce tout petit piano pour enfants en témoigne.

Mais j’ai de la chance. Dans les cinq déguisements restants, j’aperçois celui de Spiderman – l’idole de Jonathan -, taille 3 ans. C’est parfait ! Puis une robe de princesse qui ravira certainement Olivia, à la bonne taille également. Ambulance et camion de pompiers Tut Tut Bolides, une figurine Tortue Ninja et quelques petites poupées (de bonhomme ?) et le tour est joué ! Tout est en bon état, mais on voit bien que ces jouets ont déjà servi. Les petites voitures ont pris quelques coups et les costumes ont été recousus à divers endroits avant d’être mis en rayon. A deux et quatre ans, j’ai bon espoir qu’Olivia et Jonathan ne seront pas trop regardants… Mais je prends le soin de rappeler à ma sœur que je participe au défi et que le "Père Noël de Paris" n’apportera rien de neuf cette année.

Jour J. Le Père Noël est passé et a été extrêmement généreux. Malgré un moment d’hésitation - "mais j’ai pas commandé ça…" -, les jouets d’occasion ont le même succès que tous les autres jouets déposés par le Père Noël cette nuit. Pendant que je joue à la Tortue Ninja ("Mais si, toi tu fais la Tortue Ninja Tata !"), les enfants passent l’après-midi à essayer et à s’échanger les déguisements. Ma sœur est ravie. J’ai tapé dans le mille. Ils n’ont pas beaucoup de déguisements à la maison !

Et pour les grands ?

Je reste sur ma lancée de la seconde main en offrant à ma sœur des pulls – c’est ce qu’elle a demandé – mais d’occasion. Pour m’assurer de leur qualité, et vu le temps imparti – pourquoi anticiper quand on peut tout faire au dernier moment ? – je file à ma boutique préférée, Sissi Vide Dressing, où l’on peut déposer et acheter des vêtements pour femme de seconde main finement sélectionnés. Tout y est dans l’air du temps et de qualité. Je m’arrête sur deux pulls et un foulard, en très bon état et deux à trois fois moins chers que leurs équivalents neufs. Ma sœur est aussi enthousiaste que ses enfants : les pulls lui vont à merveille. Aux autres membres de ma famille, j’ai offert du vin et des cadeaux immatériels, notamment des cours de musique en ligne. Seule ombre au tableau : le CD de relaxation que nous avons offert à ma mère. Je n’ai même pas essayé de le trouver d’occasion. Pourtant, en vérifiant par acquis de conscience, je constate que j’aurais pu. Le CD des "Mini séances de relaxation intense" de Sylvie Roucoulès est disponible d’occasion sur le site internet de Gibert Jeunes…

Et les emballages ?

Rien n’est neuf en termes d’emballage, mais ce n’est pas encore 100 % écolo : j’ai utilisé les restes de papier cadeau de mes parents... J’ai tout de même tenté l’expérience du furoshiki en emballant les pulls de ma sœur dans son foulard. Un cadeau qui sert d’emballage : je suis plutôt fière de ma trouvaille, même si mon furoshiki fait un peu tâche sous le sapin.

Verdict : 90 % de réussite et des sourires au beau fixe du côté des convives. Les cadeaux leur plaisent et ils sont plutôt intéressés par la démarche. A tel point que j’ai pu moi aussi trouver sous le sapin une belle machine à coudre… de seconde main ! De quoi me perfectionner dans le Do It Yourself et pourquoi pas poursuivre l’expérience "Rien de neuf" l’année prochaine…

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.