Chronique "Rien de neuf"

Défi rien de neuf : le mea-culpa de la rentrée

©Anderm/Shutterstock

L'association Zero Waste France a lancé le défi "Rien de neuf" en début d'année. L'objectif : n'acheter aucun objet neuf en 2018. Gaëlle, notre rédactrice en chef, a décidé de se lancer et de faire le point chaque mois sur son expérience.

Un casque de vélo, un panier, une corde à sauter, un petit tambour en bois, un réchaud et une tasse pour le camping, un guide du routard du Québec, un maillot de bain, une paire de baskets. Tous neufs. Je n’ai rien écrit depuis trois mois sur mon expérience du défi "Rien de neuf", et pour cause. J’ai fait quelques d’écarts…   

Alternatives d’occasion ?

Ça a commencé avec le casque. Pourtant j’étais bien partie en écumant le Bon coin à la recherche d’une affaire en or jusqu'à trouver mon bonheur avec un super beau vélo d'occasion. Mais le casque, on m’a conseillé de l’acheter neuf. En cas de choc, il perdrait de son efficacité. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre. J’ai filé à la boutique de vélo la plus proche de chez moi pour acheter un casque, puis – tant qu’à faire – un panier. Deuxième écart : en août, pendant mes vacances au Québec : tasse, réchaud, guide du routard. J'ai presque tout emprunté sur place (même la tente), puis à une heure du départ à l’aventure dans la nature québécoise, complété avec quelques équipements neufs dans un magasin spécialisé. Et j'ai acheté un guide du Québec - neuf lui aussi, puisque j'étais partie sans -, pour savoir où aller tant qu’à faire. Même manque d’anticipation pour les anniversaires de mon neveu et de ma nièce. Je m'y suis prise un peu tard, alors j'ai misé sur la petite boutique que je connais et acheté une corde à sauter et un petit tambour en bois. 

Plaisir d’offrir

Donc oui, j’aurais pu faire autrement si je m’étais un peu mieux organisée. Tout simplement en surveillant les annonces qui tombent sur Le Bon Coin, en empruntant des affaires à mes amis, et, pour les jouets, en me rendant dans des magasins de jouets d’occasion tels que Rejoué par exemple. Cette association a plusieurs boutiques parisiennes et, en plus de participer à l’économie circulaire, favorise le retour à l’emploi de personnes en situation de précarité. J’aurais aussi pu tenter de leur offrir un cadeau fait-main en m’inspirant de tutos trouvés sur Internet par exemple, comme je l'avais fait, il y a quelques mois, pour offrir un cadeau de naissance à une amie. Pour éviter le neuf, j'ai décidé fabriquer un mobile en papier. Une petite branche, de beaux papiers et du fil avaient suffi.

©Gaëlle Coudert/ID

Ça prend du temps, c’est vrai. En réalité, ce n’est pas forcément plus long que de sortir acheter un objet neuf – mon mobile était finalisé en une demi-journée -, mais ça demande peut-être de donner un peu plus de soi-même. Quoi de plus beau comme cadeau ? Pour les anniversaires des adultes, j’ai une autre technique pour éviter le neuf : offrir des activités – cours de cocktails, ateliers de cosmétiques "DIY", massages, sorties au resto... Le mieux : s’inclure dans le projet, et en profiter pour passer du temps ensemble.  

Nouvelles résolutions

Pas si facile donc de tenir le coup... Ce n'est pas la première fois que je cède à la tentation du marketing... Mais globalement, cet été, le problème était ailleurs : j'ai surtout manqué d'anticipation. J'avais vraiment besoin de ce que j'ai acheté, ce qui est un bon début, mais je n'ai pas pris le temps de réfléchir au meilleur moyen d'acquérir (ou emprunter) ces objets. Maintenant, c'est la rentrée, l'occasion de repartir sur de nouvelles bases. Je suis prête à me remettre à fond dans le défi. J’ai encore plein de choses à tester : les cours de couture que l’on m’a offert pour mon anniversaire – peut-être une nouvelle manière d’éviter d’acheter des vêtements neufs -, les applications de prêt de matériel ou objets entre particuliers ou de nouvelles astuces "DIY". Affaire à suivre...