Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

IDÉES PRATIQUES

Quatre conseils pour un compost sans moucherons

Le compost permet de lutter contre les déchets alimentaires et lorsqu'il est mûr, celui-ci constitue un engrais naturel.
©Evan Lorne/shutterstock

Ils nous volent au visage et ne cessent de se multiplier… Les mouches et moucherons raffolent du compost. Pour réduire leur présence, ID a sélectionné quatre conseils à suivre. 

Naturel et écologique, le compostage est un bon moyen pour fertiliser le potager. Toutefois, sa composition et sa préparation peuvent attirer les moucherons et autres insectes indésirables qui se multiplient rapidement. Voici des réflexes à adopter pour un compost sans moucherons.

Couvrir son compost

Pour obtenir un bon engrais naturel tout en vous débarrassant des mouches, commencez par couvrir le compost. Cela est indispensable pour éloigner les insectes volants et indésirables comme les moucherons et les mouches des terreaux. Pour un composteur de jardin, vous pouvez réaliser un couvercle à partir des morceaux de carton, des feuilles sèches, des branches ou de bois. Si vous possédez un lombricomposteur équipé d’un couvercle, n’hésitez pas à nettoyer le bac une fois par semaine afin d’empêcher la reproduction des mouches.

Composter rapidement

La solution la plus simple consiste à déposer les restes d’aliments dans le compost avant qu’ils ne se décomposent. Cela laissera aux vers le temps de les transformer naturellement avant que les nuisibles volants y pondent leurs œufs. Vous pouvez également mettre dans un seau les déchets et les stocker au réfrigérateur pour ralentir leur putréfaction avant de les jeter.

Réutiliser les peaux de fruits

Même si le compost est renforcé par les différentes matières organiques, il faut éviter dans la mesure du possible, de jeter toutes les pelures des fruits. En effet, la fermentation des jus sucrés issus des peaux et des noyaux de fruits attire les moucherons qui pondront ensuite leurs œufs. Pour réduire ces déchets, optez pour une démarche anti-gaspi en réutilisant les peaux de fruits. Pour cela, vous pouvez consommer directement les peaux des fruits comme les pommes, les prunes ou les poires ou en réalisant des fruits confits et des chips de pelures. En outre, l’autre astuce consiste à enrouler ces restes dans un emballage, de préférence réemployé, en carton ou papier. Ensuite, il faut les poser au fond du composteur tout en recouvrant l’ensemble du compost.

Régularisation de la chaleur et de l’humidité

L’équilibre entre l’humidité et la température du compost est importante. Pendant les périodes de fortes chaleurs, il est déconseillé d'exposer le composteur au soleil car cela accélérera la fermentation des déchets qui attireront les mouches. Également, en plus des moucherons, un compost sec attirera les fourmis. Pendant ces périodes, privilégiez un emplacement frais pour mieux contrôler la macération des produits compostés. De plus, vous pouvez mouiller des morceaux de carton et de papier et les placer dans le compost. En revanche, un compost très humide multipliera les mouches. Pour l’équilibrer il est conseillé de ne pas y ajouter de déchets pendant quelques jours et de placer des bouts de papier et de carton pour absorber l’excès d’eau.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre  guide pratique «  L’écologie dans nos assiettes  ». 

Au sommaire :  tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable ! 

Pour en savoir plus  et commander votre guide,  c’est par ici. 

 Merci ! #TousActeurs. 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.