Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Santé

Trois "indésirables" de la salle de bains… et par quoi les remplacer

Dans nombre de nos produits de soin, d'hygiène et d'entretien, l'on retrouve des substances indésirables mais également des polluants.
©Laboko/Shutterstock

Des substances indésirables se cachent dans certains de nos produits d'hygiène et de soin : parmi ceux-ci, des irritants, des allergènes, des perturbateurs endocriniens, des polluants… Les bannir, très bien, mais encore faut-il savoir par quoi les remplacer.

L’UFC-Que Choisir pointe régulièrement du doigt les ingrédients indésirables présents dans nos produits de soin et nos cosmétiques (relire notre article sur leurs impacts). Sans compter les matières plastiques polluantes que certains d’entre eux contiennent. On retrouve nombre de ces produits dans notre salle de bains : ID vous propose de faire le tri et de trouver des alternatives naturelles, bio, voire zéro déchet, pour un quotidien plus sain et plus respectueux de l’environnement.  

1. Le duo gel douche/shampoing

Certains shampoings renferment des substances indésirables : l’UFC-Que Choisir identifie d’ailleurs les produits à risque et sans risque ici, idem pour les gels douches à cette adresse.

Pour davantage de naturel, on opte pour le savon de Marseille bio, doux et hypoallergénique qui a l’avantage de pouvoir s’utiliser pour le corps, le visage et les cheveux. Le site Bio à la Une nous conseille de faire fondre une cuillère à soupe de savon de Marseille au bain-marie, d’y ajouter une cuillère à café d’huile d’olive et une autre de miel et de mélanger le tout jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. On incorpore la pâte à 100 ml d’eau que l’on a fait bouillir et l’on ajoute quelques gouttes d’huiles essentielles. On verse enfin le shampoing dans une bouteille. 

On se tourne aussi plus généralement vers les savons et les shampoings solides et bio : chez Secrets de Provence par exemple, ou les savons saponifiés à froid de chez Moé ou Louise émoi.


2. Le dentifrice

Du côté des dentifrices, attention ici aussi à ceux qui contiennent des perturbateurs endocriniens, ces "composés toxiques qui interfèrent avec notre système hormonal", note l’UFC. Parmi ceux-ci, le butylparaben, le propylparaben et le triclosan, un "antibactérien auquel les microbes pourraient devenir résistants". On retrouve le comparatif des dentifrices à risques ou sans risques ici pour de meilleurs choix. Ou l’on essaie le dentifrice à la menthe bio de la marque Avril, dont 99 % du total des ingrédients sont d’origine naturelle.

Pourquoi sinon ne pas tenter l’expérience d’un dentifrice solide, vegan et naturel à la menthe poivrée, comme celui proposé par Lamazuna ? Il est zéro déchet et dure aussi longtemps que deux tubes de dentifrice.


3. Le déodorant

Les déodorants ou anti-transpirants n’échappent pas à la présence d’indésirables : l’UFC en compare près de 2500 à cette adresse. Eux aussi ont leurs alternatives solides : on peut tenter l’expérience vegan de Fresh Up par exemple : on le retrouve, entre autres propositions, sur la plateforme de la boutique Moso.

On peut également fabriquer son propre déodorant naturel en s’inspirant de la recette du blog Antigone XXI, ou n’utiliser que le bicarbonate de soude (relire nos conseils ici).

Mais encore ?

Des objets polluent également notre salle de bains et la planète : les rasoirs jetables, le coton, les coton-tiges… On opte pour du coton lavable (relire notre article sur le sujet), un rasoir en inox, et l’oriculi (ID vous en dit plus sur ce coton-tige réutilisable dans ses 10 essentiels pour une routine zéro déchet).

Le saviez-vous ?

L’UFC-Que Choisir a lancé le 12 mars dernier l’application mobile gratuite "QuelCosmetic", bien utile pour repérer les substances indésirables dans nos produits de soin du quotidien.