Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

Les sénateurs écolo rencontrent des jeunes manifestants pour le climat

©vvoe/Shutterstock

Les sénateurs écolo ont rencontré jeudi les jeunes militants qui manifestent depuis plusieurs jours devant l'Assemblée nationale pour réclamer plus d'ambition pour la loi climat projetée par le gouvernement et actuellement débattue, ont indiqué les deux parties à l'AFP.

D'une poignée à une trentaine de jeunes se sont rassemblés ces derniers jours près du Palais Bourbon pour réclamer aux députés qu'ils "relèvent" les ambitions de la loi, a raconté l'une de ces militants, Camille Etienne de l'association "Pensées sauvages". Mais un "arrêté politique" sous "prétexte sanitaire", selon elle, a été pris par le préfet de police de Paris Didier Lallement pour "empêcher les jeunes de manifester pour le climat". Mercredi, un député Insoumis avait été momentanément empêché de regagner le Palais Bourbon et d'autres, y compris de la majorité, avaient été verbalisés pour avoir rejoint des jeunes militants aux abords de l'Assemblée.

 

Ces militants, qui vont continuer les initiatives autour de l'Assemblée nationale sans créer de rassemblements désormais proscrits, ont été contactés par les sénateurs écologistes pour une rencontre devant le Palais du Luxembourg. "Il est important que l'on se mette au service des jeunes citoyens, de dialoguer avec eux afin notamment de nourrir nos propositions" en vue de la discussion de la loi au Sénat, a expliqué le président du groupe écologiste à la chambre haute, Guillaume Gontard.

Une loi trop peu ambitieuse

Emmanuel Macron donnait en préambule de la convention citoyenne sur le climat "l'objectif d'atteindre une diminution de 40% des émissions de gaz à effets de serre d'ici 2030, mais avec cette loi on est à peine à 15% de cet objectif", a ajouté le sénateur.

Interrogée sur le peu de jeunes des marches climat présents chez EELV, Camille Etienne a affirmé que ce n'était pas le symptôme que les "jeunes ne s'intéressent pas à la politique, mais à la manière de faire de la politique", dans une "Ve République fatiguée". Selon Guillaume Gontard, "il y a un discours très mûr chez ces jeunes, qui ont une autre manière d'appréhender la politique: ils n'adhèrent pas à un parti mais ont la volonté de savoir où on va et savent que la politique peut y répondre".

SOYONS #TOUSACTEURS DE L'ACTUALITÉ ! DONNEZ VOTRE AVIS SUR CE SUJET ET FAITES BOUGER LES LIGNES AVEC ID EN PARTENARIAT AVEC PURPOZ ! POUR EN SAVOIR PLUS SUR CETTE DÉMARCHE PARTICIPATIVE INÉDITE, C'EST PAR ICI.