Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

LE RÉCAP'

Rapport du GIEC, plages sans plastique, convention citoyenne : ce qu'il ne fallait pas manquer cette semaine

©Santiparp Wattanaporn/Shutterstock

Un nouveau rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) rendu public, une charte pour lutter contre les déchets plastiques sur les plages en France, et Cyril Dion qui maintient la "pression" sur le président Emmanuel Macron au sujet de la prochaine convention citoyenne pour le climat : c'est l'actualité durable de la semaine qu'il ne fallait pas manquer !

Un nouveau rapport du GIEC

Ce 8 août, le GIEC a rendu public un nouveau rapport spécial sur les liens entre le changement climatique, la désertification, la dégradation des terres, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire, et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres. Les délégations des 195 pays membres de ce groupe d'experts l'avaient au préalable examiné et approuvé la veille à Genève. "Les gouvernements ont mis le GIEC au défi de procéder pour la première fois à l’examen complet de l’ensemble du système terres émergées-climat. Nous y sommes parvenus grâce aux nombreuses contributions d’experts et de gouvernements du monde entier. C’est la première fois qu’une majorité (53 %) des auteurs d’un rapport du GIEC proviennent de pays en développement", a indiqué Hoesung Lee, président du GIEC, dans un communiqué.

Parmi les principaux points mis en évidence : la dégradation des terres - 70 % des terres émergées sont utilisées par les hommes et environ 1/4 de cette surface est dégradée par leur activité - ; le réchauffement rapide - l'augmentation de la température est plus rapide sur les surfaces émergées par rapport aux températures globales, océans compris, + 1,53°C depuis la période pré-industrielle.

Comment agir dans ces conditions pour lutter contre le réchauffement ? En changeant notamment ses habitudes en termes de régime alimentaire : "Certains régimes alimentaires nécessitent plus de sols et d'eau et produisent davantage d'émissions que d'autres", a résumé l'un de ses coprésidents, Jim Skea, cité par l'AFP, en présentant la synthèse du rapport. Cela peut passer par la consommation d'"aliments à base de plantes, tels que ceux basés sur les céréales secondaires, les légumineuses, les fruits et légumes, les fruits à coque et les graines et des aliments d'origine animale produits dans des systèmes résilients..."

Par ailleurs, selon le GIEC, "une meilleure gestion des terres peut contribuer à faire face aux changements climatiques", même si cela n'est pas la seule solution. "Il est essentiel de réduire les émissions de gaz à effet de serre de tous les secteurs pour maintenir le réchauffement mondial bien en dessous de 2 °C si ce n’est à 1,5 °C", rappelle le groupe d'experts. Le GIEC précise que ce rapport spécial sera au cœur des prochaines négociations sur le climat et l’environnement, telles que la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (COP14) à New Delhi (Inde) en septembre et la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 25) à Santiago (Chili) en décembre. 

15 engagements pour les plages françaises 

Dans le même temps, lundi 5 août, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson présentait à la Seyne-sur-Mer une charte pour lutter contre les déchets plastiques sur les plages, qui comprend quinze engagements. L'ambition de cette charte : "Une plage sans déchet plastique, pour des communes littorales éco-exemplaires". Élaborée avec l’Association Nationale des Elus du Littoral (ANEL), elle fixe des critères d’engagement concrets et communs à chacune des villes signataires. Elle comprend trois paliers : sensibilisation (mobilisation des acteurs économiques, information des usagers...), prévention (intégration du zéro plastique dans les cahiers des charges des événements municipaux, expérimentation de la consigne sur les contenants alimentaires,...), et nettoyage (ramassage, collecte, tri des déchets). "(Les communes) qui auront adopté cinq actions bénéficieront du label "plage sans plastique" au palier 1, celles qui en auront mis en place dix auront un label au palier 2, jusqu'au troisième palier pour quinze actions", a indiqué au Parisien la secrétaire d'Etat. 


Convention citoyenne : la "pression" maintenue

Interrogé sur France Inter le 8 août, le militant Cyril Dion, un "garant" de la Convention citoyenne dont la première réunion aura lieu les 4, 5 et 6 octobre, a assuré qu'il maintiendrait la "pression" sur le président Emmanuel Macron afin qu'il "ne remette pas en cause ses engagements". "Plus cette convention va être publique, plus les citoyens vont pouvoir y participer. Ils vont délibérer comme un jury d'assises", a-t-il notamment affirmé. 

"J'ai trois moyens de rétorsion, a-t-il ajouté. Si j'ai l'impression que les choses dérivent et que le processus ne permet pas d'aboutir au résultat souhaité : j'en parle aux co-présidents du comité de pilotage, Laurence Tubiana et Thierry Pech ; si ça ne bouge toujours pas, j'en parle publiquement ; et si vraiment les choses dérivent de façon beaucoup plus grave, j'ai le bouton rouge et je m'en vais", précisant également que "la pression doit monter dans la rue". Pour rappel, le tirage au sort par téléphone des 150 participants à cette Convention citoyenne est prévu dès la mi-août.


Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.