Education/Citoyenneté

Convention citoyenne climat : 1ère réunion début octobre

©Matej Kastelic/Shutterstock

Le tirage au sort par téléphone des 150 participants à la convention citoyenne pour le climat aura lieu cet été et la première réunion les 4, 5 et 6 octobre, a indiqué jeudi le Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Cette convention citoyenne, voulue par Emmanuel Macron comme l'une des réponses au grand débat né de la crise des "Gilets jaunes", proposera des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique, alors que la France est loin de tenir ses engagements. 

"La campagne d'appel téléphonique (pour sélectionner les participants) va commencer sur la deuxième partie du mois d'août et elle se terminera sur la deuxième partie du mois de septembre", a fait savoir Julien Blanchet, rapporteur général de la Convention et vice-président du CESE, à l'AFP. "La première réunion des citoyens aura lieu les 4, 5 et 6 octobre au palais Iena" à Paris, a-t-il précisé.

Des numéros de téléphone seront générés automatiquement - 85% de portable et 15% de fixe - et environ 300.000 personnes seront appelées, pour en sélectionner 150, a expliqué M. Blanchet. Des critères sont fixés pour représenter au mieux la population française: 52% de femmes pour 48% d'hommes, six tranches d'âge (si possible à partir de 16 ans), niveaux de diplômes, diversités de métiers. Seront aussi pris en compte le poids des régions, avec quatre représentants pour les Outre-Mer, et la répartition urbaine entre les pôles urbains, leurs couronnes et les zones rurales.

Il y aura des représentants des quartiers populaires et des personnes en "situation de grande pauvreté", a promis Julien Blanchet. Six week-ends de trois jours de travail sont programmés, avec une journée bilan, sur les six mois de travail. "Tous les frais seront pris en charge: déplacement, hôtel, restauration, garde d'enfants, les citoyens n'auront aucune avance à faire", a détaillé le rapporteur général. Une indemnité de perte de revenu professionnel est prévue pour les personnes qui viendront sur leur temps de travail. L'impact des émissions de gaz à effet de serre lié aux déplacements à Paris des 150 personnes sera compensé. 

"Cette convention ne va pas être l'affaire de 150 personnes, le but est d'avoir quelque chose qui emmène le plus de monde possible", a-t-il plaidé. La convention proposera à la fin de ses travaux des mesures qui seront transmises "sans filtre selon trois modalités: soit le référendum, soit au Parlement soit par éléments réglementaires".

Les débats seront pilotés par un comité de gouvernance co-présidé par le directeur général de la fondation Terra Nova, Thierry Pech, et Laurence Tubiana, ex-négociatrice pour la France lors de la COP21.

Avec AFP

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.