Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

LE RÉCAP'

Nations Unies, budget vert, Jacques Chirac... Le débrief' de la semaine

Greta Thunberg s'exprime aux Nations Unies, le 23 septembre 2019.
©SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Cette semaine a été particulièrement marquante sur le plan de l'actualité "durable" : entre le Sommet "Action Climat" à New York et le discours très commenté de la militante suédoise Greta Thunberg, le budget vert de l'État, le nouveau rapport du GIEC, l'adoption de la Loi énergie et climat et celle sur l'économie circulaire, l'interdiction de la destruction des invendus non-alimentaires dans l'Hexagone...

...Sans compter le décès de Jacques Chirac, qui, selon Nicolas Hulot, "replacé dans le contexte de l'époque", a "participé à la prise de conscience commune"(France Inter). 

Reprenons donc à lundi dernier : nous sommes à New York, le Sommet "Action Climat" débute. Une soixantaine d'États sont réunis à l'occasion de cette réunion placée sous le signe de l'urgence climatique, voulue par le secrétaire général de l'organisation Antonio Guterres. L'objectif étant que chaque État présente sa ligne de conduite afin d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. C'est dans ce contexte que s'est exprimée la jeune militante Greta Thunberg. "Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses ! Les gens souffrent, les gens meurent. Des écosystèmes entiers s’effondrent, nous sommes au début d’une extinction de masse et tout ce dont vous pouvez parler, c’est de l’argent et du conte de fée d’une croissance économique éternelle. Comment osez-vous ?" a-t-elle lancé aux dirigeants du monde. 

La suite : une avalanche de commentaires, tantôt élogieux, tantôt haineux. La jeune militante a dans le même temps intenté une action juridique, aux côtés de quinze autres militants de 8 à 17 ans, devant le Comité des Droits de l'Enfant de l'ONU, contre cinq pays, l'Argentine, le Brésil, la Turquie mais aussi l'Allemagne et la France. Une initiative saluée par l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot : "Ils ont raison d'interpeller les gouvernements pour leur dire 'vous n'en faites pas assez'", a indiqué ce dernier mardi 24 septembre sur BFMBusiness. Le président de la République Emmanuel Macron, qui a estimé qu'"aucun responsable ne peut rester sourd à cette exigence de justice entre les générations", a toutefois réagi sur Europe 1 en dénonçant les "positions très radicales" de la jeune militante.

Budget vert, Loi énergie et climat, projet de loi sur l'économie circulaire

Un "budget vert" sera intégré dans le projet de loi de finance pour 2021, a annoncé mercredi le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin. L'AFP précise qu'il s'agira d'une "évaluation de l'ensemble des recettes et des dépenses budgétaires et fiscales en fonction de leur impact sur l'environnement". "En 2021, nous aurons à la fois une lecture comptable (des dépenses et recettes de l'Etat) et une lecture qui permette de dire si (le budget) est compatible ou non avec l'environnement", a-t-il précisé. Plus de détails par ici

La loi énergie et climat a été par ailleurs adoptée par le Parlement jeudi, au lendemain de la publication d'un nouveau rapport alarmant du GIEC "sur les conséquences dévastatrices du réchauffement climatique pour les océans". Ce texte décrète "l'urgence écologique et climatique" et précise les objectifs de la politique énergétique de la France. Les détails à relire ici

En parallèle de toutes ces actualités, depuis mardi, la loi sur l'économie circulaire est examiné au Sénat, pour finalement être adopté ce vendredi soir. Il vise à une "consommation propre", indique la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson. Les grandes lignes de ce projet de loi sont consignées (sans mauvais jeu de mots) par ici. À cette occasion, mercredi, le Sénat a également voté l'interdiction de la destruction des invendus non-alimentaires, tels que les vêtements ou produits d'hygiène. 

"Notre maison brûle et nous regardons ailleurs"

L'ancien président de la République Jacques Chirac est parti, jeudi 26 septembre. En 2002, il y a donc 17 ans, l'homme politique français prononçait l'un des discours les plus marquants de son parcours, durant son deuxième mandat, lors du Sommet mondial du développement durable organisé par les Nations unies à Johannesburg. "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs", lançait-il notamment. "Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas." Relire notre rétrospective ici.

 

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.