Environnement

Justice : Monsanto reconnue responsable de l'intoxication d'un agriculteur français

Paul François le 6 février 2019
©Nicolas Liponne/NurPhoto

La cour d'appel de Lyon a reconnu jeudi 11 avril la firme américaine responsable "du dommage causé à Paul François", agriculteur français qui souffre, depuis 2004, de troubles neurologiques qui auraient été provoqués par l'inhalation de vapeurs du désherbant Lasso. 

Après avoir été condamné pour la seconde fois, il y a quelques jours, par un tribunal américain à verser plusieurs dizaines de millions de dollars de dommages et intérêts à un plaignant atteint d'un cancer, le géant de la chimie Monsanto a subi un nouveau revers de taille jeudi 11 avril, cette fois dans l'Hexagone.

Pour la troisième fois depuis 2007, la justice française, par le biais de la cour d'appel de Lyon, a reconnu la responsabilité de la firme dans le "dommage causé à Paul François", un agriculteur charentais souffrant, depuis 2004 et l'inhalation accidentelle de vapeurs du désherbant "Lasso" commercialisé par Monsanto, de séquelles neurologiques persistantes. Ce dernier avait déjà remporté deux victoires juridiques, en première instance en 2012 puis en appel en 2015 avant que Monsanto n'obtienne, en 2017, l'annulation de cette décision en cassation. 

Cette fois, c'est sur la base de “la responsabilité du fait de produits défectueux” que le jugement a été rendu, la cour reprochant entre autres à la multinationale "de ne pas avoir sur l'étiquetage et/ou l'emballage du produit apposé une mention sur la dangerosité spécifique des travaux dans les cuves et réservoirs", rapporte l'AFP. L'allemand Bayer, propriétaire de Monsanto depuis 2018, a fait savoir qu'il ferait appel de la décision. Depuis ce rachat, la valeur du groupe ne cesse de fondre en bourse, alors que les actions en justice contre le chimiste se multiplient à travers le monde.