Le brief de la semaine

Démission de Nicolas Hulot, baisse de la qualité nutritive des aliments, plainte de Zero Waste France : ce qu’il ne fallait pas manquer cette semaine

©Anton Nagy/Shutterstock

L’actualité a surtout été marquée cette semaine par la démission surprise de Nicolas Hulot, qui a donné lieu à de nombreuses réactions. Zoom également sur quelques actualités positives de la semaine : l’interdiction des néonicotinoïdes, les engagements de 23 villes et régions pour réduire leurs déchets ou encore l’action de Zero Waste France pour dénoncer la pollution liée aux prospectus publicitaires.

Rentrée difficile pour le gouvernement, sonné par la démission surprise de Nicolas Hulot. Le désormais ex-ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé mercredi 29 août qu’il quittait le gouvernement au micro de France Inter. Il n’avait prévenu ni le Président, ni le Premier ministre, ni ses proches de cette décision. "Le gouvernement n’a pas su donner la priorité aux enjeux environnementaux", a-t-il précisé.

Un départ qui a suscité de nombreuses réactions. De la part des politiques d’abord, qui ont été nombreux à saluer le courage de Nicolas Hulot. Entre autres, Alain Juppé, le maire de Bordeaux (Les Républicains), s’est dit "impressionné par sa hauteur de vie et la noblesse de sa démarche", et précisé qu’il espère que "cette décision nous incitera tous à réfléchir et à changer". Yannick Jadot (Europe Ecologie Les Verts) a rappelé quant-à lui "la sympathie des écologistes pour Nicolas Hulot".

Changer de cap

De la part des associations ensuite. Ainsi, dès le lendemain, dix ONG ont publié une tribune demandant au gouvernement de "changer de cap". "Face aux menaces climatiques, militaires et l’effondrement des écosystèmes, l’action n’est plus une option mais une nécessité, une urgence, une éthique", ont-elles soutenu. "En matière écologique nous ne pouvons plus soutenir l’agriculture biologique et en même temps le glyphosate, la sobriété énergétique et en même temps le nucléaire, une redynamisation des centres-villes et en même temps (le mégacomplexe) Europacity et l'artificialisation des terres agricoles, la nécessaire préservation de la biodiversité et en même temps la baisse du prix du permis de chasse, la mise en œuvre de la COP21 et en même temps la multiplication des projets autoroutiers, les fermes-usines et en même temps une agriculture paysanne, le libéralisme et en même temps l'écologie".

Cette urgence climatique mise en avant par les associations est à nouveau confirmée par l’actualité et une nouvelle étude de Harvard qui révèle que la hausse de CO2 dans l’atmosphère réduit des qualités nutritives des aliments, en particulier la teneur en fer, en protéines et en zinc de nombreuses cultures de base. Cela toucherait en premier lieu le blé et le riz.

Avancées positives

Des avancées se font tout de même sentir, cette fin de semaine étant marquée par l’entrée en vigueur en France de l’interdiction des néonicotinoïdes. Ces pesticides ont des effets sur le système nerveux des pollinisateurs, notamment les abeilles, et seraient à l’origine d’une hausse de leur mortalité. Des dérogations seront cependant possibles jusqu'en juillet 2020, une souplesse jugée inacceptable par certaines ONG, dont Générations futures.

Autre actualité marquante : l’engagement de 23 villes et régions à travers le monde sur "l’objectif zéro déchet", dont Paris, New York, Tokyo ou Montréal, qui ont signé une déclaration mardi 28 août. Les signataires souhaiteraient éviter la production de 87 millions de tonnes de déchets par an d’ici à 2030.

Enfin, jeudi 30 août, l’association Zero Waste France a annoncé avoir intenté une action à l’encontre de franchises strasbourgeoises d’Intermarché et de Pizza Hut qui, selon l’association, ignoreraient de manière trop systématique les autocollants "Stop pub" apposés sur les boites aux lettres. Zero Waste France espère ainsi "signaler à ces grandes sociétés qu’elles sont responsables de leurs déchets et qu’elles doivent se comporter autrement", a déclaré Thibault Turchet, le responsable juridique de l’association à l’AFP.