Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

ID d'ailleurs

Suède : une machine transforme les vieux vêtements en neufs

La machine "Looop" transforme les vieux vêtements en neufs dans un magasin H&M de Stockholm en Suède.
©H&M DR

L'industrie textile a été fortement impactée par la crise de la Covid-19. Une période de remise en question sur son fonctionnement durant laquelle des voix se sont élevées pour demander une "mode plus éthique"et soucieuse de l’environnement. Et c'est dans ce contexte qu’une entreprise de la fast fashion a dévoilé une machine d'un nouveau genre. Elle transforme les vieux vêtements en neufs en quelques heures et directement dans l'un de ses magasins.

Selon l'Agence de la Transition écologique (ADEME), 4 millions de tonnes de textiles sont jetés chaque année en Europe. Pour remédier à cela, l'enseigne de fast fashion H&M, critiquée pour son manque de transparence ou les salaires de ses employés, a mis au point une machine capable de recycler les vieux vêtements et les transformer en neufs. Et cela se fait en cinq heures.

"La mode circulaire"

C'est dans un magasin de Stockholm en Suède, que la machine est utilisée depuis lundi 12 octobre. Du nom de Looop, ses vitres sont transparentes pour permettre aux clients d'observer le processus de transformation des habits. L'enseigne qui se veut actrice de la lutte contre le changement climatique déclare sur son site Internet : "pour lutter contre le changement climatique, nous devons changer la mode". "Au lieu de cultiver plus de coton, nous pouvons simplement utiliser ce qui a déjà été produit", explique-t-elle pour décrire le principe de la machine. Réel engagement pour l'environnement ou greenwashing ? H&M permet aux clients qui le souhaitent de venir dans le magasin avec leurs anciens vêtements — de n’importe quelle marque — pour qu’ils soient transformés en de nouveaux produits. Moyennant 100 couronnes suédoises (environ 9,6 euros) pour les membres du club fidélité et 150 couronnes suédoises (environ 14,5 euros) pour les non-adhérents, ils deviennent des hauts, ponchos, pulls, écharpes ou couvertures pour bébé.

Démocratiser le recyclage dans le secteur textile

"L’atelier de confection mobile" a été créé par la fondation à but non lucratif de l’enseigne, en partenariat avec l’institut de recherche Hong Kong Research Institute of Textiles and Apparel (HKRITA). Une fois à l’intérieur de la machine, les vêtements passent par huit étapes :

  • Ils sont nettoyés pour éliminer les micro-organismes ;
  • Déchiquetés en petits morceaux de fibres ;
  • Filtrés pour enlever la saleté ;
  • Redressés en une nappe de fibres, puis tirés en lamelles ;
  • Redessinés avec plusieurs rubans de fibres combinés pour créer des rubans plus forts et plus épais ;
  • Filés pour créer un seul fil ;
  • Mis sous torsion pour doubler et torsader les fils afin d’augmenter leur résistance ;
  • Puis tricotés dans un nouveau textile.

Une transformation qui se fait sans eau ni colorant, assure la marque. Est ajouté au processus un matériau durable — non communiqué — censé augmenter la résistance des fils affaiblis suite au déchiquetage. Une initiative de recyclage inédite qui pourrait se développer au sein d’autres marques de prêt-à-porter. L’institut de recherche HKRITA entend accorder une licence au secteur textile pour l'utilisation de sa technologie. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide « La mode éthique dans nos dressings ».

Au sommaire : interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour se mettre à la mode éthique ! 

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs