Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

INFO PARTENAIRE

Transition énergétique : comment l’enseigne de proximité Lidl fait le pari de la sobriété ?

©Sorbis/Shutterstock

Ce 22 octobre, c’est la journée mondiale de l’énergie. L’occasion de faire un point sur la consommation énergétique de certains secteurs, notamment celui de la distribution alimentaire. 

De l’éclairage des surfaces de vente, en passant par la climatisation ou encore la préservation par le froid : la maîtrise de l'énergie représente un enjeu majeur pour les supermarchés qui souhaitent réduire leurs émissions de CO₂. Interview avec Jean-Baptiste Léger, directeur de la RSE et des Affaires Publiques chez Lidl France. 

Quelle est l'empreinte carbone en kg de CO₂ par an sur l’ensemble de vos supermarchés ? 

En 2020, l’empreinte carbone de Lidl France s’élevait à un peu moins de 17 millions de tonnes d’équivalent CO₂, soit l’équivalent des émissions annuelles de 1,7 millions de Français. Cela représente, en valeur absolue, une hausse de plus de 2 millions de tonnes par rapport à 2019. Il faut noter que 98% de notre empreinte carbone est représentée par les produits vendus. Les 2% restants, soient un peu moins de 400 000 tonnes de CO₂, correspondent à notre périmètre opérationnel, c’est-à-dire la logistique, les déchets, l’énergie ou bien les déplacements.  

C’est sur ces items que nous avons une capacité d’action plus importante. Nous sommes par exemple passé d’un ratio d’émissions de 258 kg CO₂ par m² de surface commerciale à 246 kg en 2020, soit une réduction de près de 5%.  

Comment Lidl oeuvre concrètement à la réduction de sa consommation d'énergie ? 

Notre politique de transition énergétique repose sur trois piliers : la réduction des consommations d’énergie, le développement des énergies renouvelables et le soutien à la mobilité durable. Nous avons par ailleurs engagé depuis plusieurs années un plan d’investissement massif dans notre parc immobilier avec à la clé une innovation dans les meilleures technologies. En 2020, nous avons par exemple inauguré sur notre supermarché de Chilly Mazarin (91) le premier groupe froid fonctionnant au R32, un gaz réfrigérant avec un impact moindre sur le climat.  

Cela s’inscrit dans un effort mené sur nos 1 570 supermarchés et nos 25 plate-formes logistiques pour remplacer tous nos fluides frigorigènes par des alternatives moins émissives. Depuis 2018, nous avons pu diminuer de moitié nos émissions de gaz à effet de serre liées à ces fluides. 

L’éclairage représente également un important poste de dépense énergétique... 

Pour ce volet, nous avons fait le choix d’équiper tous nos supermarchés en LED et développons de nouvelles technologies, telles que l’éclairage gradable et intelligent, qui réduit de 40% la consommation électrique. Tous nos sites sont par ailleurs approvisionnés depuis le 1er janvier 2021 en électricité verte - nous sommes le seul distributeur à aller aussi loin.  

Ce développement des énergies renouvelables se matérialise également en interne par l’installation massive de panneaux photovoltaïques pour développer notre autoconsommation d’électricité renouvelable. Les panneaux solaires permettent de couvrir en moyenne 60% des besoins électriques d’un supermarché. Mais dans certains cas, couplé à notre politique de sobriété énergétique, le bilan est positif, c’est-à-dire que le supermarché produit plus qu’il ne consomme. C’est le cas du supermarché de Fenouillet, près de Toulouse, qui est devenu notre premier supermarché à énergie positive. 

En juin 2021, l'enseigne Lidl a inauguré son premier camion électrique.
©DR /Lidl

Pour le transport de ses marchandises, Lidl a fait le choix de doter ses supermarchés de Paris et petite couronne d'un camion tout-électrique de 26 tonnes. Pouvez-vous nous en dire plus ?   

Nous développons des motorisations alternatives avec d’ores et déjà 18% de notre flotte de véhicules qui ne roule pas au diesel. C’est dans ce contexte que nous avons inauguré en juin 2021 notre premier camion électrique afin de tester cette nouvelle technologie. Nous regardons également de très près les développements de l’hydrogène. 

Cet engagement global de Lidl vers une logistique décarbonée s’est concrétisé dans la signature en septembre dernier au sein de FRET21 d’un objectif de réduction de 9% de nos émissions de gaz à effet de serre liées à la logistique entre 2019 et 2024. 

Nous continuons en parallèle à optimiser notre schéma logistique car cette activité représente plus d’un quart de nos émissions hors produits. Nous allons former 100% des chauffeurs à l’écoconduite, d’ici 2022. 

Lidl fait partie des onze signataires de la charte du gouvernement pour atteindre les 100 000 bornes de recharge en voitures électriques, en France, d'ici fin 2021. Combien de bornes souhaitez-vous installer ?  

Nous avons aujourd’hui un maillage de proximité de plus de 1 400 points de charge, ce qui fait de Lidl le 1er réseau de bornes de recharge alimenté à 100% en électricité verte. Nous visons les 2 000 points de charge d’ici la fin de l’année. Cela renforce également la cohérence de notre démarche. En couplant gestion intelligente de l’énergie, production photovoltaïque et bornes de recharge, nous voyons apparaître un nouveau modèle de gestion de l’énergie pour nos supermarchés. Nous explorons un système où, lors des pics de production photovoltaïque, qui correspondent généralement à des moments de forte fréquentation, l’électricité en surplus sera orientée vers les bornes de recharge. 

En partenariat avec Lidl.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratiques "365 jours pour faire sa transition Made in France"

Au sommaire : enjeux, analyses, interview, quiz, conseils et astuces... 68 pages de solutions pour passer au 100% Made in France.