Entreprises

Emballage plastique : la croissance ralentit pour l'industrie, qui s'inquiète des interdictions

©FooTToo/Shutterstock

Le secteur français de l'emballage plastique et souple a enregistré une croissance de 5 % en 2017, mais observe un ralentissement en 2018 et s'inquiète des interdictions prévues dans la loi agriculture et alimentation, a indiqué mardi la fédération professionnelle Elipso.

Le volume de production s'est accru de 5 % en 2017, un rythme supérieur à celui de l'ensemble de l'industrie manufacturière (3,7%), a annoncé à la presse Christophe Rossé, membre du bureau d'Elipso. Le chiffre d'affaires a connu la même hausse, franchissant le seuil des 8 milliards d'euros (8,1 milliards).

Mais 2018 marque "un ralentissement" avec une croissance en volume de seulement 1,4% au premier semestre (et de 1,3% en valeur), a observé M. Rossé, en estimant qu'elle pourrait être "un peu plus importante" sur la fin de l'année. "Aujourd'hui, on reste dans une période d'entre deux, et en tout cas de croissance assez limitée", a-t-il commenté.

La conjoncture des secteurs clients de l'emballage (cosmétiques, produits d'entretien, pharmacie, chimie, transport) "s'améliore et tire la croissance, à l'exception des industries agroalimentaires", a indiqué Elipso. Mais dans la deuxième enquête auprès des adhérents de la fédération sur l'économie circulaire (à laquelle 60 % ont répondu), "90 % des répondants ont constaté une dégradation de l'image du plastique", a expliqué Serge Vassal, vice-président d'Elipso. Et si 80 % disent que leur chiffre d'affaires n'est pas affecté à court terme, 65 % craignent une chute des ventes.

Du temps pour changer de modèle

Les industriels de l'emballage plastique ont exprimé leur inquiétude après l'adoption d'un amendement dans la loi agriculture et alimentation qui prévoit l'interdiction en 2020 de certains produits en plastique (couverts, plateaux repas, pots à glace, saladiers, boîtes notamment). La présidente d'Elipso, Françoise Andres, s'est insurgée contre "une interdiction sans concertation", réclamant du "temps" pour changer de modèle.

François Guillin, président du Groupe Guillin et vice-président d'Elipso, a dénoncé "un amendement totalement invraisemblable". "C'est pratiquement un quart de l'économie de la plasturgie qui disparaît", a-t-il affirmé. Elipso critique aussi un second amendement qui réduit l'usage des contenants en plastique dans les cantines en 2025.

La fédération a chiffré l'impact potentiel de ces mesures à 800 millions d'euros et 2500 emplois. Un recours de sénateurs de la droite et du centre a été déposé au Conseil constitutionnel, qui devrait se prononcer le 5 novembre.

Dans ce contexte, la quasi totalité des industriels du plastique (98 %) "mettent en place des actions" dans le domaine environnemental, notamment en intensifiant la recherche-développement (77 %), a ajouté M. Vassal.

Avec AFP.