Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Entreprises

Elle ressuscite les jeux de société délaissés !

Depuis quatre ans, Brigitte Thomas, ancienne responsable de centre socio-culturel, revend des jeux de société réparés qui lui ont été donnés parfois incomplets, souvent abîmés.
©Frederick FLORIN / AFP

Mais où mettre le sapin de Noël ? Dans la maison de Brigitte Thomas, les jeux de société ont tout envahi, du sol au plafond, des jeux que cette auto-entrepreneuse rénove méticuleusement avant de les revendre.

"Là, je fais des Monopoly parce que je n'en ai plus sur le site", explique cette ancienne responsable de centre socio-culturel de 57 ans, au milieu des piles de boîtes de jeux qui peuplent la pièce à vivre de sa maison alsacienne typique, à une vingtaine de kilomètres au sud de Strasbourg.

Depuis bientôt quatre ans, elle vend sur son site Ludessimo.fr à prix réduit des jeux de société retapés, qui lui ont été donnés ou achetés chez Emmaüs, parfois incomplets, souvent abîmés.

Nettoyer, réparer, compléter et reconditionner

Quatre gares, trois titres de propriété rouges, trois jaunes, seize cartes chance. Sur sa table, Brigitte Thomas compte toutes les éléments du Monopoly, vérifie les faux billets de banque en francs. A côté, les pions trempent dans une petite bassine. S'il en manque, elle ira en chercher dans sa réserve de pions aux formes, couleurs et époques multiples.

Dans un bac, des feutres aux variations de couleur infinies. "Le 52, c'est le vert Scrabble, le 43 c'est pour les anciennes boîtes de Mystères de Pékin, pour le bleu Ravensburger, j'en mélange deux", explique-t-elle, consacrant une à deux heures pour nettoyer, réparer, compléter et reconditionner un jeu.

Rush de Noël

Seuls les chambres, la salle de bains et les toilettes sont épargnés par l'invasion des jeux en attente d'une seconde vie. Partout ailleurs, les piles de Docteur Maboul, si difficiles à rénover "car soit il n'y a plus de lumière, soit il n'y a plus de son", côtoient celles d'éditions variées du Trivial Pursuit, de Risk ou de "Qui est-ce ?".

L'étage aussi est un dédale de jeux de société, ceux-ci sont classés, numérotés et prêts à être vendus. Quand le mari de Brigitte Thomas aura trouvé le temps, le soir après sa journée de travail comme logisticien, de les enregistrer sur le site internet de vente en ligne.

Entre sa maison, le garage de son fils et un autre lieu de stockage loué, cette Troyenne d'origine estime à 16 000 le nombre de jeux qu'elle a en réserve. Trois mille sont déjà rénovés et prêts à être vendus, mais, avec le rush de Noël et l'intérêt pour les jeux de société décuplé par les confinements, seuls 1 300 figurent sur le site en ce moment.

Là, j'ai vendu 1 000 jeux en 15 jours", se réjouit celle, qui un peu dépassée, se retrouve à préparer la nuit les colis à envoyer dans toute la France, métropole et outre-mer, la Belgique et même parfois le Canada.

Après le troisième Noël de sa boutique en ligne et des heures de travail sans fin, Brigitte Thomas espère pouvoir atteindre 1 200 euros de salaire.

Lien social

Pendant ses nombreuses années dans le secteur social, le jeu de société était déjà un outil de travail. "Le jeu a toujours été pour moi un support intergénérationnel, interculturel et de lien social autant que le livre", considère-t-elle. Elle y voit aussi "des clés d'éducation".

Quand, pour des raisons familiales, Brigitte Thomas quitte son travail pour revenir en Alsace, d'où est originaire son mari, elle ne retrouve pas de poste dans son secteur. Approchant alors de la cinquantaine, "j'avais passé la DLC" (date limite de consommation), résume-t-elle "un peu fâchée".

Au terme de ses droits au chômage, elle met en vente ses propres jeux de société pour se faire un peu d'argent. Des acheteurs potentiels commencent alors à la contacter pour lui demander si elle n'aurait pas "ci ou ça".

Je suis de nouveau contente de servir à quelque chose."

Quand ce n'est pas le cas, celle qui a toujours bien "aimé réparer, créer" commence à se mettre en quête de ces jeux dans les brocantes ou autres lieux de récup et finit par en faire son activité. "Je suis de nouveau contente de servir à quelque chose", se réjouit-elle.

En août, un tour de France au volant de son van aux couleurs de Ludessimo lui a permis de récupérer 1,2 tonne de jeux de société dont les gens voulaient se séparer sans pour autant les jeter. "Je pense que je dois avoir cinq ou six ans de boulot devant moi."

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, pré-commandez notre guide « L’écologie à la maison » à tarif préférentiel jusqu’au 20 décembre. 

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour une vie quotidienne placée sous le signe de l’écologie dans toutes les pièces de la maison !

Pour en savoir plus et pré-commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs