Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

IDÉES PRATIQUES

Vacances : cinq idées pour un voyage plus responsable

Le surtourisme a des effets néfastes sur l'environnement et les populations locales.
©GP.PIXSTOCK/shutterstock

Malgré les restrictions sanitaires, la période estivale reste synonyme de tourisme. Pour voyager sans laisser de trace, voici quelques idées des comportements plus éthiques à adopter.

Il devient de plus en plus nécessaire de repenser sa façon de voyager. Selon les rapports de la WWF, le secteur du tourisme contribue grandement à la disparation des écosystèmes : dénommé "surtourisme", ce mouvement de masse s’est accru depuis les années 2010, entraînant avec lui des répercussions certaines sur l’environnement ainsi que sur les populations locales.

Parmi ses effets, la surconsommation des ressources naturelles à travers l’usage excessif de l’eau potable dans les stations balnéaires par exemple. Pour voyager tout en minimisant son impact environnemental, ID vous propose quelques idées.

Préparation de la valise

Un voyage commence dès la préparation. Premièrement, n’hésitez pas à voyager léger pour les longues distances en avion. Concernant le choix des objets à prendre avec soi, privilégiez des produits de beauté et de soin solides : savon, shampoing, dentifrice... Des sacs en tissu, lavables et réutilisables pour les courses sur place. Pour vous hydrater tout en évitant les déchets plastiques, pensez à vous munir d'une gourde purifiante ou en inox.

Bien se loger

Contribuer à l’économie locale tout en ayant un logement plus responsable, c’est possible en réservant un logement chez l’habitant, une auberge de jeunesse locale, ou dans un gîte familial, plutôt que les grandes chaînes d’hôtellerie. Pour la réalisation de vos réservations, vous pouvez utiliser les plateformes en ligne comme Fairbooking. Sinon, une autre alternative s’offre aux aventuriers, avec le couchsurfing. Ce concept propose un hébergement gratuit pour une courte période, permettant aux voyageurs de limiter leur consommation d’énergie tout en profitant de quelques jours chez les populations locales.

Le choix des moyens de transport

Lier éco-responsabilité et voyage, c’est aussi choisir les transports en commun au détriment des moyens individuels. Lorsque le choix s’offre à vous, vous pouvez privilégier le train qui consomme en moyenne 47.57 kg équivalent CO2 pour un trajet Paris-Madrid, plutôt que l’avion, qui pour le même trajet consommerait 409.52 Kg en CO2. Vous pouvez également devenir adepte du slow travel, en s'adaptant au rythme local pour mieux admirer les paysages locaux. Pour cela, utilisez le bus, l’autocar ou encore le co-voiturage. Sinon, le choix des vélos et de la marche, font partie des solutions les plus pratiques et écologiques.

Faire des activités responsables

Une fois sur place, vous pouvez éviter le tourisme de masse qui se repose sur des activités à moindre coût et souvent liées à l’exploitation des populations locales. Ainsi, tournez-vous vers les guides locaux, achetez vos souvenirs auprès des artisans locaux et parfois ambulants. Ne pas visiter les zoos, mais privilégiez les réserves naturelles qui sont plutôt orientées vers la protection des animaux. Également, n’achetez pas des souvenirs confectionnés à partir des spécimens, comme les tortues ou salamandres enfermées vivantes dans des porte-clés. Enfin, lors de vos visites du monde aquatique, la faune et la flore sous-marines ne constituent pas des souvenirs à ramener des voyages. Cependant, n’hésitez pas à les prendre en photo avec des caméras étanches pour immortaliser le moment.

Gestion des déchets

Le dernier conseil, concerne les détritus. Après une longue journée de visite, les déchets passent au second plan et parfois certains lieux ne bénéficient pas de poubelles dédiées au tri. Pour réduire au mieux cet impact, privilégiez les produits achetés en vrac en réalisant les courses avec un sac en tissu. Ensuite, évitez le gaspillage alimentaire après une sortie au restaurant. Pour cela, il est toujours possible de demander au restaurateur un doggy bag et de finir les restes plus tard.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre  guide pratique «  La mode éthique dans nos dressings  ». 

Au sommaire :  interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour  se  mettre à la mode éthique !

Pour en savoir plus  et commander votre guide,  c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs.