Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

Cinq bonnes raisons de prioriser le tourisme en France

Le tourisme en France présente bien souvent des avantages comparables à l'étranger tout en épargnant notre empreinte carbone.
©Production Perig/Shutterstock

Le tourisme représenterait 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre chaque année. Le choix d'un tourisme de proximité et/ou plus raisonné trouve un écho à l'heure actuelle, nos habitudes de mobilité étant remises en question. 

Avec la crise liée au Covid-19, l'interdiction de franchir les frontières françaises nous a fait redécouvrir les joies du voyage à l’intérieur de l’Hexagone. La diffusion même de l’épidémie étant due en partie à notre extrême mobilité dans un monde globalisé, il y a fort à parier que nous soyons obligés de remettre en question cette pratique de plus en plus régulièrement à l’avenir. Cet épisode a donc eu le mérite de remettre la France à l’honneur, à une époque où la mode est à l’exotisme et au culte du dépaysement. Cette conception du voyage, résolument tournée vers l’étranger, pose de nombreux problèmes au niveau environnemental. Voici cinq bonnes raisons de se passer de voyages à l’autre bout du monde.

Polluer moins

Un premier argument, qui n’est pas des moindres. En effet, le transport est responsable de près des trois quarts des émissions mondiales liées au tourisme. En privilégiant le train ou le covoiturage à la voiture individuelle et l’avion, on est assuré de réduire l’empreinte carbone liée à son voyage. Pour estimer le "coût carbone" de son déplacement, la SNCF a mis en place début 2021 un comparateur en ligne, qui met en perspective, pour un même trajet, tous les moyens de transports envisageables et leurs émissions de CO2 respectives. À ce jeu-ci, c’est bien souvent le train qui en sort gagnant : à titre de comparaison, un Paris-Marseille en train émet 1,7kg de CO2, contre 85kg en avion, et 150kg en voiture individuelle. On peut donc imaginer les ordres de grandeur dès que l’on franchit les frontières françaises. Et le réseau ferroviaire français est l’un des plus développés d’Europe, avec près de 29 000 km de lignes.

Venir en aide à l’économie française…

Dans le contexte actuel, les professionnels du tourisme, mais aussi les petits commerçants de toutes sortes, disposent d’aides destinées à compenser leur manque ou absence d’activité, à l’image de l’indemnisation du fonds de solidarité ou du recours au chômage partiel.  Seulement, une fois la réouverture et la reprise actées, ces aides ne seront plus d’actualité, et tout reposera sur la seule consommation. Consommer en France pourra donc être un outil au service du tissu commerçant français, près de chez soi ou non, et aura des retombées positives à l’échelle nationale.

…En voyageant responsable

Pourquoi ne pas, à cette occasion, donner une autre dimension à son voyage en France en tentant de le rendre plus vertueux encore ? Pour sortir des sentiers battus, des alternatives aux géants de la réservation en ligne comme Booking ou Airbnb se mettent en place, à l’image de GreenGo. Pour remettre les bonnes pratiques environnementales et le lien social au cœur de l’expérience du voyage, cette dernière sélectionne des hébergements de qualité et insolites, dans des cadres propices à des séjours à proximité de la nature et à la rencontre avec les hôtes et les autres voyageurs. Il est aussi possible de faire les démarches soi-même sans intermédiaire ; on pourra alors privilégier les petits hôtels et campings plutôt que les grandes chaînes. Des labels sanctionnent aussi les engagements des établissements dans le sens de la durabilité : Eu Ecolabel, La Clef Verte, Hôtels au Naturel, ou encore EcoGîte.

Profiter de la diversité des climats et des paysages

Bien que située dans une zone majoritairement tempérée, la France a sur son territoire de nombreux climats et reliefs différents, ce qui en fait un pays où les possibilités de voyage sont diverses. Montagne, littoral, campagnes verdoyantes ou paysages désertiques, baignés par tous types de conditions climatiques, du climat montagnard au climat méditerranéen. Le voyageur a donc l’embarras du choix pour sa destination, et peut même changer radicalement de décor naturel en quelques dizaines de kilomètres.

Prendre le temps d'explorer

À l’heure où l’autre côté du globe est accessible moyennant quelques heures d’avion, et où le voyage est devenu une véritable mode, la volonté de se dépayser à tout prix peut faire oublier ce qui est le plus proche de soi. En dehors des destinations touristiques bien connues, à l’image des grandes stations balnéaires ou de sports d’hiver, la France compte des sites incontournables mais méconnus, à l’image de ses parcs nationaux. La pays en compte dix, dont huit en métropole, et ce sont des espaces ouverts à la randonnée ou encore à l’observation de la nature. Sans compter les parcs naturels régionaux, au nombre de 53, qui peuvent être les destinations par excellence de vacances slow et "au vert". 

VIDÉO SUR LE MÊME SUJET

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire :  tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et pré-commander votre guide à tarif préférentiel, c’est par ici. 

#TousActeurs