Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

DOSSIER

Quatre arbres qui nous font du bien

© Tanac66/ Pixabay

Peu connus en France, le moringa, l’arbre dynamite, l’acajou ou encore la mangrove ont pourtant des propriétés exceptionnelles. Tour d’horizon de ces quatre arbres surprenants.

La connaissance des arbres auxquels on attribue des propriétés thérapeutiques, nutritives ou écologiques a, dans tous les pays, préoccupé les populations locales qui savent tirer les bénéfices de ce que la nature leur offre. ID fait le point sur quatre espèces d’arbres que vous ne connaissez peut-être pas, que Treedom, une entreprise qui permet de planter des arbres dans les endroits où il est judicieux de le faire, a décidé d’inclure dans ses nouveaux projets agroforestiers

Le Moringa 

Originaire des contreforts Sud de l’Himalaya et du Sri Lanka où il pousse depuis des millénaires, le Moringa (Moringa oleifera) s’est développé dans toutes les régions tropicales, et particulièrement en Afrique. Friand de soleil et particulièrement résistant à la sécheresse, le moringa aime les sols arides, où l’agriculture est souvent difficile. Grâce à ses propriétés fertilisantes, il enrichit naturellement les terrains appauvris et facilite ainsi les cultures. 

En plus de ses racines particulièrement chargées en goût, les feuilles, les graines et les fleurs peuvent aussi être utilisés pour des usages divers et variés. L’arbre possède de nombreuses propriétés médicinales et nutritives, et c’est aussi un excellent purificateur d’eau. Ces propriétés font de lui une ressource particulièrement intéressante dans des zones sujettes à la malnutrition et aux conditions difficiles d’accès à l’eau potable

Au Kenya par exemple, on consomme les gousses de moringa comme un légume frais. Les feuilles séchées permettent de faire du thé. Et on utilise globalement le tout comme traitement médical pour des pathologies allant de l'arménie à la diarrhée. Très nutritionnel, le Moringa contient plus de fer que les épinards, plus de vitamine C que les oranges et plus de potassium que les bananes. Un arbre effectivement miraculeux alors que le Global Nutrition Report rapporte cette année encore que 2 milliards de personnes ont des carences en micronutriments, à commencer par le fer. 

L’arbre dynamite 

L’arbre bombardier (Hura Crepitans) porte bien son nom : sans jeu de mots, il fait réellement exploser ses graines comme des balles ! Lorsque les fruits sont mûrs, ils explosent bruyamment en se projetant à grande vitesse, jusqu’à parfois plus de 20 mètres de distance. En plus de ces attributs quelque peu surprenants, son tronc est couvert d’épines et toutes ses parties contiennent une substance hautement toxique : des graines non comestibles qui renferment une huile hautement purgative, un latex composé de lectines qui provoque des dermatites, et la fumée de la combustion de son bois est très irritante.   

Les populations autochtones d’Amérique utilisaient d’ailleurs ses fruits pour la chasse : en empoisonnant des fléchettes ou pour la pêche. En effet, son latex, introduit dans l’eau anesthésie les poissons qui sont ainsi péchés plus facilement. Il est aussi utilisé pour son bois et aussi comme plante médicinale, malgré la toxicité de sa sève. Il aurait même permis à une époque de soigner la lèpre

La Mangrove blanche 

La Mangrove blanche (Avicennia marina) est caractéristique des littoraux dans des zones calmes et peu profondes. Nécessitant beaucoup d’eau, cet écosystème se développe habituellement directement dans la mer. Grâce à la propagation de ses graines par les courants océaniques, on la retrouve de l’Est de Londres au Soudan le long de toute la côte africaine, sur les côtes d’Arabie, d’Inde et d’Australie du Nord, ainsi que sur toutes les îles de l’Océan Indien. Elle occupe les trois-quarts des côtes et deltas des régions tropicales : elle couvre une superficie d'environ 150 000 km2 sur notre planète. 

Particularité intéressante : ces arbres sont capables de supporter à la fois l’eau et le sel. A marée haute, ils ont les racines dans l’eau et seuls dépassent le tronc et les feuilles. Dans la vase ou sur les plages, la mangrove améliore la qualité du sol en fixant l’azote et son système racinaire étendu lutte contre l’érosion des sols. Elle prévient aussi des tsunamis en agissant comme barrage naturel.  

Doté d’un pouvoir de régénération, son rôle est capital pour la protection de l’environnement : il oeuvre pour biodiversité, en facilitant le repeuplement de plusieurs espèces animales tout en favorisant la prolifération de la faune locale et plus spécifiquement les mollusques, les crustacés et de nombreuses variétés de poissons. 

En Tanzanie, et particulièrement à Zanzibar où elle prolifère, elle est utilisée principalement par les populations locales pour son bois : pour se chauffer ou pour faire des barques. 

L’Acajou  

L’acajou (Swietenia macrophylla ou mahogany grandes feuilles) pousse en Amérique latine. C’est une espèce qui aime les zones humides et les sols drainants. On entend souvent parler de l’arbre rouge pour son bois dit “précieux”, très recherché en ébénisterie. De plus en plus convoité, voire pillé, il est aujourd'hui protégé par les dispositions de l'Annexe II du traité multilatéral CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction) et inscrit sur la liste rouge UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). En effet, après l’avoir coupé, il ne repousse pas.

Avec une croissance rapide (il peut atteindre 40 mètre de hauteur), il est aussi utilisé en agroforesterie pour faire de l'ombrage à d’autres cultures vivrières. Planter un acajou, c’est également participer à la reforestation d’écosystèmes et à la préservation de l’habitat d’animaux sauvages (par exemple les loutres sauvages dans les zones humides d’Amérique du Sud). 

En partenariat avec Treedom.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi

Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo. 

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques

#TousActeurs

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.