Culture

"Action Musique Climat" : un nouveau collectif appelle à une vaste mobilisation des musiciens pour le climat

Marche pour le climat à Paris, 8 décembre 2018.
©DIDIER BIZET / HANS LUCAS / AFP

Quel est l'air de la mobilisation climat ? Où les musiciens se cachent-ils ? Le collectif "Action Musique Climat", fondé par le compositeur Gilles Schuehmacher et la pianiste Vanessa San Filippo, en région parisienne, appelle à un véritable sursaut musical le 15 mars prochain. Rendez-vous est donné aux musiciens, en cette journée de mobilisation à l'international, à la Cité internationale des arts à Paris.    

"De Janequin à Messiaen en passant par Vivaldi, Beethoven, Debussy, Villa-Lobos et des centaines d’autres, notre art est imprégné d’un dialogue avec la beauté de la nature, cette nature que nous faisons disparaître chaque jour un peu plus, et nous avec. Comment continuer à interpréter les Histoires naturelles et autres bestiaires quand la biodiversité s’effondre ?", peut-on lire sur la plateforme "Action musique climat". 

Le compositeur Gilles Schuehmacher et la pianiste Vanessa San Filippo, rapidement rejoints par les musiciennes Mathilde Carré-Niaudet et Margot Cache, ont fondé en octobre dernier un collectif visant à mobiliser les musiciens pour la préservation de la planète. "On joue tellement d'œuvres qui ont été inspirées par la nature : comment peut-on rester insensibles et laisser les choses se faire ?, lance Vanessa San Filippo. Dans un contexte où  la préoccupation de l'urgence climatique reste en jachère pour beaucoup de gens, nous avons créé ce collectif en résonance à l'Appel des coquelicots, pour un monde sans pesticides mais aussi un monde responsable et solidaire. C'est complètement apolitique".

Une mobilisation pour le climat en musique ?

La première ambition de cette plateforme : inviter les musiciens français à prendre la parole publiquement pour toute "initiative citoyenne allant dans le sens d’une plus grande justice sociale et environnementale", ainsi que pour "l’interdiction de tous les pesticides de synthèse", telle que prônée par les signataires de l'Appel des coquelicots. "Ce que l'on essaie de défendre auprès de nos collègues et de tous les musiciens, c'est qu'il y ait une information sur des initiatives pour le climat lue dans les concerts, une note sur des programmes, une référence aux coquelicots... Je suis allée il y a peu de temps à un concert à la Philharmonie de Paris, avec l'orchestre Pasdeloup, et j'ai vu que trois personnes arboraient un coquelicot. Je me suis dit : 'Voilà, ça y est, ça commence à venir'", précise Vanessa San Filippo.

Nous ne pouvons plus jouer les Quatre Saisons de Vivaldi sans dénoncer l’effondrement de la biodiversité en cours."

Le collectif donne par ailleurs rendez-vous aux musiciens engagés le 15 mars prochain, journée de grève mondiale de la jeunesse pour le climat, à la Cité internationale des arts, dans la capitale, de 13h à 15h. "Ce sera un moment musical partagé, pour les gens qui voudraient venir jouer, échanger, partager", poursuit la cofondatrice d'"Action Musique Climat".

"Action Musique Climat" a lancé plus largement sur sa page un appel à l'engagement des interprètes, des enseignants, des compositeurs et notamment des chercheurs. "Le lien entre l’homme et la nature est une des thématiques privilégiées de la musique : nous ne pouvons plus jouer les Quatre Saisons de Vivaldi sans dénoncer l’effondrement de la biodiversité en cours. Nous pensons que l’extrême urgence de la situation doit inciter chacun d’entre nous à se mobiliser pour un monde juste et durable", précise notamment l'appel, qui compte pour le moment plus de 300 signataires.

"C'est un mouvement encore jeune : je vais écrire aux orchestres pour cela soit davantage diffusé, remarque Vanessa San Filippo. Toutes les propositions sont les bienvenues, nous cherchons des lieux de diffusion, nous travaillons à obtenir une autorisation pour avoir notre propre 'hymne'... Nous trouvons cela vraiment fort de se joindre au mouvement et de dire : nous aussi, on propose quelque chose. Aujourd'hui, il y a peu d'initiatives de la part des musiciens sur le plan du climat, ou alors celles-ci ne perdurent pas, faute de moyens. C'est pour cela que nous proposons des façons de s'engager qui restent accessibles" (ndlr : voir la section "Que faire ?" sur la plateforme "Action Musique Climat").

Quand la musique "classique" s'engage pour le climat

"Il y a de très nombreuses œuvres musicales du domaine 'classique' en lien avec la nature, fait remarquer Gilles Schuehmacher. Mais jusqu’à présent, peu d’œuvres abordent explicitement et directement les questions environnementales. On peut citer notamment l’Opéra CO2, de Giorgo Battistelli, créé il y a quelques années à la Scala de Milan.

Il existe aussi entre autres un cycle d’œuvres pour orchestre de chambre datant de la fin du 20e siècle, composé par le Danois Vagn Holmboe. Par ailleurs, le jeune compositeur français Aurélien Dumont est en train de composer un concerto pour piano qui abordera directement ces questions, autour du lien entre l’homme et son environnement", ajoute le compositeur.