Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

INFO PARTENAIRE

Yaourts bio vendus en vrac : une petite révolution pour les éleveurs et les consommateurs

À l’heure de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC), la filière laitière est en pleine transition. Mobilisée pour répondre aux attentes des consommateurs mais aussi réglementaires, la filière agit pour repenser son recours aux emballages. Le Cniel, centre national interprofessionnel de l’économie laitière, engagé dans un programme européen de 3 ans avec l’European Milk Forum (EMF), destiné à mieux faire connaître les initiatives de la filière en faveur de la préservation de l’environnement, met en avant les avancées de la filière en la matière. Parmi les innovations mises en place par le secteur, le projet Simple comme Bonjour, créé il y a trois ans, dont l’objectif est de proposer à la vente des yaourts en vrac. Interview avec Christophe Audouin, président de Bio&Lo.  

Atteindre la fin de la mise sur le marché des emballages en plastique à usage unique d’ici à 2040, tel est l’objectif fixé par la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC), promulguée le 10 février 2020. Pour y parvenir, le premier décret 3R fixe des objectifs de réduction, de réutilisation et de réemploi, et de recyclage pour la période 2021-2025. 

De quoi bousculer les processus de production des industriels, et notamment ceux du secteur laitier pour qui les emballages remplissent plusieurs fonctions. “Supports d'information pour le consommateur, ils doivent répondre aux enjeux logistiques lors du transport du fournisseur au distributeur jusqu’au domicile du consommateur”, note le Cniel. Les emballages constituent également une barrière sanitaire pour éviter les contaminations bactériologiques des produits.  

“Nous faisons face à de nombreux défis dans ce domaine et souhaitons favoriser le dialogue avec les autorités et le consommateur pour co-construire des solutions efficaces, indique Camille Carvalho, directrice des affaires réglementaires, association de la transformation laitière française (ATLA), la filière laitière ne peut pas sacrifier ses normes d’hygiène au profit d’emballages plus durables. Les arbitrages sont indispensables pour trouver un équilibre qui tienne compte des spécificités des produits laitiers.” 

Soucieuse de s’inscrire dans une démarche plus respectueuse de l’environnement, tout en continuant de répondre aux exigences d’hygiène et de sécurité imposées par la loi, la filière a déjà entrepris plusieurs chantiers pour se réinventer, notamment dans la réduction des emballages. 

Lancée il y a trois ans, le projet Simple comme Bonjour propose par exemple des yaourts bio au lait frais du jour, produit à la ferme et vendu en poche de 1,2kg voire de 5kg en vrac dans un rayon de 100km. Les consommateurs peuvent ramener la quantité souhaitée en utilisant leurs propres contenants. Pour en savoir plus, interview en vidéo avec Christophe Audouin, président de Bio&Lo. 

En partenariat avec le Cniel.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio".

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio !

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs