Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

idées pratiques

Où (faire) réparer ses objets près de chez soi?

Le réseau souhaite également que les entreprises solidaires d'utilité sociale soient autorisées à bénéficier du dispositif IR-PME.
©Amaury Cornu/Hans Lucas/AFP

Acteurs clés de l’économie sociale et solidaire (ESS), les recycleries et ressourceries nourrissent en particulier une économie circulaire qui vise à rendre nos pratiques de consommation plus sobres en redonnant une seconde vie à nos objets.

Ressourceries, recycleries, déchetteries… Ces structures sont toutes parties prenantes de modes de consommation plus durables, orientés vers le zéro déchet. En effet, en prenant l'habitude de réutiliser ou de réparer les objets de notre quotidien, c’est l’impact direct de notre consommation sur les ressources de la planète qui est en jeu, tout en étant souvent bénéfique pour le portefeuille. En plus de la collecte d’objets auprès de particuliers et de la réception des dons de la part de volontaires dans le but de les revendre, ces structures de l’ESS ont aussi bien souvent une visée pédagogique et participative

Pour savoir où faire réparer ses objets près de chez soi, faire appel au Réseau national des ressourceries (RNR), qui propose en ligne une carte répertoriant les quelque 160 adhérents du réseau, constitue un passage privilégié. Les établissements inscrits répondent tous au même mot d’ordre des "3R" : réduire les déchets, réemployer/réutiliser, recycler. Selon l'observatoire 2020 du RNR, c’est la région Auvergne - Rhône-Alpes qui compte le plus de ressourceries, avec un total de 26. Enfin, la plupart d’entre elles bénéficie de l’agrément ESUS, qui reconnaît les entreprises solidaires d’utilité sociale.

Faire réparer ou réparer soi-même

Certaines de ces structures font d’ores et déjà figure d’institution. Partout en France, le réseau des Repair Cafés est un pionnier du recyclage et de la réutilisation, tout en s’inscrivant dans une démarche de pédagogie et d’autonomisation des citoyens. Des ateliers de réparation sont ainsi développés conjointement avec les équipes d’Emmaüs Alternatives, et y ont lieu à une fréquence régulière. Chacun peut venir y faire réparer ses appareils abîmés, mais également apprendre à le faire soi-même. Depuis juin 2020, Covid-19 oblige, les Repair Cafés organisent même des "télé repair cafés", où l’on peut apprendre à donner une seconde vie à certains de ses objets en distanciel, pour ne pas donner un coût d'arrêt à l'activité qui repose en grande partie sur le travail bénévole.

Pour un impact moindre sur l’environnement et une consommation plus responsable, ces structures peuvent donc également donner lieu à des achats plus durables. Meubles, vêtements, ou équipements électroménagers de seconde main sont autant de moyens de dynamiser la filière d’économie circulaire. Renoncer au neuf lorsque c’est possible, et considérer les possibilités de vie qui s’offrent à un objet usagé, qu’on délègue la réparation à autrui ou que l’on soit autonome, peut être un moyen efficace de remettre en question bon nombre de ses habitudes de consommation.

VIDÉO SUR LE MÊME SUJET

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire : tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs