Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Social

Marseille : le "cercle vertueux" d'une ressourcerie au cœur des quartiers Nord

La ressourcerie marseillaise devrait bientôt lancer son camion "Recyclo'Bus".
©AFP/Boris HORVAT

"C'est vraiment pratique parce que tout ce qui est neuf, c'est trop cher" : à Frais-Vallon, dans les quartiers Nord de Marseille, la nouvelle ressourcerie séduit les habitants et mise aussi sur un "cercle vertueux" en employant des personnes longtemps éloignées du marché du travail.

Grâce à cette boutique, ouverte à la fin du mois de juillet et située au bas d'une barre d'immeuble, l'association Régie Service 13 donne notamment une nouvelle vie aux encombrants récupérés dans les cités et les revend à prix modiques. Elle revend aussi des produits de seconde main.

Pour Malika Benaoudia, 38 ans, qui habite une tour voisine, ce nouvel espace vient combler un manque dans ce quartier de quelque 4 000 habitants : "Pour son anniversaire, je ne lui avais pas acheté de cadeau. Trop cher. Et là, j'ai pu lui offrir une poupée", dit-elle à l'AFP en déambulant avec sa fille et une amie dans les 5 vastes salles de la ressourcerie. "C'est beau. C'est pas neuf mais c'est propre, ça me plait beaucoup", lâche-t-elle, en passant devant les étagères où s'empilent les plats et les assiettes en vente.

Programme d'insertion professionnelle

Un vendeur est là pour leur faire découvrir les rayons et se tient disponible pour les conseiller. Il s'appelle Mamadou Barry, a 22 ans, et suit le programme d'insertion professionnelle mis en place par la régie de quartier.

C'est l'une des particularités de cette ressourcerie, l'une des 24 de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur : elle salarie une quinzaine de personnes éloignées de l'emploi, pour aider à les réintégrer sur le marché du travail. Pour cela, ils travaillent sur des chantiers d'insertion au SMIC, 26 heures par semaine, pour une salaire d'environ 900 euros par mois.

Parmi eux, des profils très divers, encadrés par des salariés à temps plein de l'association : Mamadou a quitté la Guinée en 2014, a suivi la route des migrants, a connu le travail forcé en Libye avant de rentrer clandestinement en Italie, puis en France, l'année dernière. Aujourd'hui, il cherche à reconstruire sa vie en France. Drill Nguyen a plus de 60 ans. Sans emploi depuis plus de deux ans, il revit depuis qu'il trie les déchets à la ressourcerie. "Quand j'étais au chômage, j'étais timide, je n'osais plus parler à personne. Maintenant, je vois du monde, je bouge, je fais des connaissances", explique-t-il à l'AFP. Mikaël, pour sa part, "a dû tout réapprendre" après plus de 11 années passés en prison.

"L'objectif ici, c'est qu'ils trouvent un autre travail derrière, le plus rapidement possible. Ici, ils réapprennent les codes, les formes, les us et coutumes du monde du travail", explique Morgane Rivoire, accompagnatrice en insertion professionnelle. "La récompense ultime, c'est quand une personne qui travaillait avec nous obtient un contrat et peut s'en sortir", ajoute Salim Zahi, le responsable logistique.

Entre emplois et seconde main, un "cercle vertueux"

L'idée de créer cette ressourcerie a pris réellement forme en 2016, avec l'aide du service de la politique de la ville et du réseau régional des ressourceries. "L'objectif était de créer un cercle vertueux et créateur d'emplois, en proposant le tri des encombrants et en donnant une seconde vie à ses objets qui partaient à la destruction", rappelle Jean Michel Le Mons, directeur de Régie Service 13.

Dans une ville où la problématique des déchets est particulièrement prégnante, notamment dans les cités, près de 700 tonnes ont été récoltés par l'association. Parmi eux, 85 % sont valorisés, c'est-à-dire triés et, pour ceux qui peuvent être récupérés, stockés dans un entrepôt en vue d'être proposés ensuite en boutique.

Mais l'association ne compte pas s'arrêter là, un camion, "le recyclo'bus", devrait voir le jour courant 2020 "pour sensibiliser sur les questions de tri et développement durable" en allant directement à la rencontre des habitants du quartier.

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.

Avec AFP.