Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Marmite norvégienne : la cuisson sans feu à fabriquer soi-même

D'après ses fervents utilisateurs, la marmite norvégienne permettrait d'économiser 50% d'énergie.
©De Netrun78

Après de longues années dans l’oubli, la tradition de la marmite norvégienne revient en force, réunissant de plus en plus d’adeptes de cette méthode de cuisson sans feu, facilement réalisable à la maison.

Sobriété et frugalité ne sont aujourd’hui plus des gros mots. De plus en plus de Français adoptent un mode de vie "low-tech", plus écologique, et qui permet souvent de réduire la facture d’électricité. La marmite norvégienne, longtemps associée aux guerres et aux restrictions, fait son retour sur le devant de la scène avec un argument vendeur, "économiser au moins 50 % d’énergies" en cuisine.

C’est en tout cas ce que nous assure Mireille Saimpaul, autrice d’un blog dédié à la marmite norvégienne et d’un ouvrage sur son histoire. "J’ai découvert le principe de la MN il y a très longtemps dans Le catalogue des ressources, la "Bible" des alternatives des années 70. Je ne l’ai testé vraiment qu’il y a une quinzaine d’années quand j’ai commencé à écrire mon livre de recettesCuisiner en toute simplicité (2011, Dangles). La MN est entrée dans ma cuisine et n’en est plus sortie depuis."

Le principe de la Marmite Norvégienne (abrégée MN pour les connaisseurs) est simple : après avoir fait porter à ébullition une cocotte, la sortir du feu, et terminer la cuisson dans un contenant isotherme, "qui va d’une simple couverture emmitouflant une cocotte bouillante, à une caisse sophistiquée où le plat pourra continuer de cuire" rajoute Mireille Saimpaul. Si la cuisson est allongée de plusieurs heures, elle ne demande cependant que 10 à 20 minutes sur la gazinière.

Une marmite norvégienne exposée au musée de Bretagne de Rennes.
© Musée de Bretagne, Alain Amet/ CC BY-SA 3.0

Selon le livre de l’experte française, Histoire de cuire sans feu ou presque (2013, autoédité), c’est en 1867 que le brevet est déposé par un savant, inspiré par les fermières norvégiennes qui gardaient leurs marmites au chaud entourées de foin. Depuis, l’expression "marmite norvégienne" s’est banalisée. "Mais le principe était connu depuis la nuit des temps", nous précise Mireille Saimpaul, "sans doute dès l’apparition des poteries culinaires. Recouvrir le plat bouillant bien fermé avec de la paille ou même de la terre est une pratique qui a traversé les siècles."

la recette préférée de Mireille Saimpaul, l'aïoli de légumes :

"Préparer les légumes : pommes de terre, carottes, betteraves, fenouils, oignons… Au choix, de quoi remplir une marguerite ou un panier vapeur. Les couper en tranches moyennes. Verser 2 doigts d’eau dans la cocotte, de façon à ce que la marguerite soit juste hors de l’eau. La garnir en plaçant au fond les légumes les plus durs : (betteraves, fenouils par exemple), s’il y a des haricots verts, ils seront sur le dessus. Couvrir et porter à ébullition. Baisser le feu et cuire 10 minutes maxi. Placer en MN une heure environ. Servir avec une sauce aïoli."

Extrait du recueil de recettes collectif gratuit du blog de Mireille Saimpaul.

Une popularité retrouvée

La pratique est donc antédiluvienne, mais elle s’est perdue à l’avènement de l’électricité abordable pour tous. "Historiquement, la MN n’a eu du succès qu’en temps de guerre ou de grandes restrictions. Aussitôt l’abondance et la paix revenues, on s’est empressé de l’oublier, car elle était associée à des souvenirs très pénibles" résume Mireille Saimpaul.

Aujourd’hui, la cuisson sans feu reprend des couleurs, portée par la volonté d’individus de renoncer à la surconsommation et de faire des économies intelligentes. Sur les réseaux sociaux, de plus en plus d’internautes partagent leurs recettes, leurs astuces et leurs MN faites maison. Créée en décembre 2021, le groupe Facebook "Marmite Norvégienne : conseils de fabrications et recettes low tech" accueille actuellement plus de 1600 membres. Une véritable communauté qui se forme chez les adeptes du Do It Yourself qui font perdurer la longue tradition oubliée de la marmite norvégienne.

Construire sa propre marmite norvégienne

S’il existe de nombreuses inventions plus ou moins inspirées de la marmite norvégienne, il est très facile de construire la sienne à la maison, en rassemblant les quelques bricoles qui trainent dans le débarras :

  1. Munissez-vous d’un coffre, panier, glacière, caisse en bois sur mesure pour les plus bricoleurs… tout est possible, tant que la boite est assez grande pour accueillir votre cocotte.

  2. Tapisser le réceptacle d’une matière isolante (aluminium, liège, couverture de survie, polystyrène…).

  3. Utilisez de vieux pulls feutrés, des coussins usés, des linges rembourrés pour bien isoler la marmite norvégienne.

Il faut parfaitement isoler le caisson, car si la température diminue trop lentement dans la marmite norvégienne et tombe en dessous de 70 °C, des bactéries risquent de se développer. Si le plat mijote dans la MN du matin au soir, le refaire bouillir au feu avant de servir.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !  

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio". 

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio ! 

 

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques. 

#TousActeurs