Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Éclairage, chauffage et électroménager : des astuces pour faire des économies d’énergie

©Andrey_Popov/Shutterstock

En cette Journée mondiale de l’énergie, la rédaction d’ID s’est penchée sur les gestes économes à adopter pour réduire sa consommation. Appareils en veille, électroménager vétuste, chargeur laissé sur la prise… Autant de choses qui nous paraissent anodines mais qui pèsent lourd sur la facture d’électricité ainsi que sur la planète. 

Les matières premières étant précieuses, il est important de penser sa consommation d’énergie en mode "économe". Produire de l’électricité nécessite de puiser dans des ressources naturelles qui ne se régénèrent pas assez rapidement par rapport à notre consommation. L'adoption de réflexes quotidiens permet ainsi non seulement de réaliser quelques économies financières, mais également d'amoindrir notre impact environnemental. Des réflexes importants, d'autant qu'à l’approche de l’hiver et des journées qui raccourcissent, nous consommons plus d’énergie, ne serait-ce que pour nous chauffer et pour nous éclairer.

Comment faire en sorte de ne pas atteindre des records de consommation chez soi ?

L’éclairage 

C’est un fait, dès l’automne, on éclaire plus. Les journées sont moins longues et la luminosité est moins forte, on est alors tenté d’amener de la clarté de manière artificielle. Cependant, il n’est pas nécessaire d’éclairer une pièce dans laquelle on ne se trouve pas, il faut alors penser à éteindre les lumières lorsqu'on la quitte : cela va de soi. Si l’on préfère multiplier les sources de lumière, il faut être vigilant à la consommation des ampoules qui agrémentent nos lampes.

Aussi bien pour les plafonniers que pour les lampes, il est d'ailleurs conseillé de choisir des ampoules basse consommation. Les LED, par exemple, brillent par leur longévité et leur qualité d’éclairage – quand elles sont correctement choisies. Sur son site, L'UFC- Que Choisir propose des comparatifs permettant de mettre en parallèle les exigences en termes de chaleur et d’intensité d’éclairage (lumens), et les exigences de consommation (watts). Autrement, dans les magasins de bricolage, des conseillers sont à disposition de la clientèle pour permettre un choix optimal. Sans oublier qu’une fois usagée, l’ampoule ne se jette pas à la poubelle mais dans des points de collecte.

©Capture d'écran/Choisir son éclairage ADEME

Chauffage 

L’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (Ademe) souligne que le chauffage représente 66 % des consommations énergétiques d’un foyer. Nous ne choisissons pas forcément notre mode de chauffage, ni si notre logement est bien isolé ou non, et certains domiciles sont équipés de radiateurs électriques uniquement.

Les "grille-pains" très énergivores de la génération dernière disparaissent de plus en plus, laissant place à des appareils plus économes. Le système reste le même, mais l’optimisation de la chaleur est meilleure et ces radiateurs sont souvent équipés de "modes" associés à des pictogrammes et d'un thermostat permettant le déclenchement seulement en-dessous d’une température fixée. Pour les modèles les plus basiques, la lune correspond au mode "économique", le soleil au mode "confort" et le flocon au mode "hors gel". Le mode confort maintient la "température de confort" fixée par le constructeur ou que l’on peut programmer soi-même pour les modèles les plus high-tech. Le mode économique maintient la "température de confort" quelques degrés en dessous – généralement 3,5 °C de moins. Enfin, le mode "hors gel" permet de maintenir une température d’une dizaine de degrés, moins en fonction des modèles, lorsque le logement est inoccupé.

Il est évidemment possible de chauffer sans prendre en considération le déclenchement du thermostat mais cela risque d’impliquer une surconsommation d’énergie. D’autant que pour se sentir bien chez soi, il n’est pas nécessaire de trop chauffer. Toujours selon l’Ademe, et cela vaut pour tous les types de chauffage, la température d’une pièce occupée en journée peut être comprise entre 19 et 21°C – si le domicile ne comprend pas de personnes sensibles telles que les enfants en bas âge, les 19 °C suffisent. La nuit, la température peut être abaissée à 17°C : dormir dans une pièce trop chauffée peut nuire au sommeil. Baisser la température, ne serait-ce que d’un degré permet 7 % d’économie d’énergie sur l'année. Pour maîtriser la consommation de son chauffage, il est conseillé de s’équiper d’un thermomètre d’intérieur ou d’un thermostat.

©Capture d'écran/Se chauffer mieux et moins cher ADEME

Électroménager et ballon d’eau chaude

Les appareils électroménagers vétustes ou de mauvaise classe énergétique consomment plus d’énergie que nécessaire. Ainsi, il faut être vigilant à choisir son électroménager en suivant l’étiquetage énergie : l’Ademe a publié un guide permettant de s’y retrouver. Si votre micro-ondes ou votre four est doté d’une horloge numérique, elle consomme de l’énergie, de même que pour un appareil en veille. Les téléviseurs, lecteurs ou décodeurs sont équipés d’un bouton de mise hors tension : il doit être utilisé pour ne pas présenter de dépenses énergétiques inutiles. Pour les appareils qui n’en sont pas équipés, il y a la solution de la multi-prises avec interrupteur. Elle permet de mettre hors tension la totalité de ce qui y est branché.

D’après l’Ademe, "un ordinateur en veille utilise de 20 % à 40 % de l’équivalent de sa consommation en marche. Un ordinateur éteint, mais qui reste branché, continue aussi à consommer (environ 70 watts-heures [Wh] par jour).". Une machine à laver programmée, un lave-vaisselle qui reste allumé à la fin de son cycle ou une console de jeux en marche constante ont de lourdes conséquences sur la consommation d’énergie du domicile. D’autant que cela contribue à l’usure de ces appareils qui fonctionneront donc moins longtemps et moins bien, et seront susceptibles de consommer plus. Le gros électroménager doit donc être vérifié de temps à autre, de même que le chauffe-eau – les fournisseurs d’électricité s’accordent à fixer la révision une fois tous les deux ans. Entartré ou mal réglé, il puise plus d’électricité.

©Capture d'écran/Déchiffrer les étiquettes environnementales ADEME

À chaque utilisation d'un appareil électrique et dans le but d'en jouir de manière optimale, il suffit de suivre les conseils d’installation et d’utilisation : placer son réfrigérateur de sorte à faire circuler la chaleur qui en émane, dégivrer son congélateur régulièrement, laver son linge et sa vaisselle en mode "éco" et à pleine charge… Ces gestes simples du quotidien peuvent avoir un impact significatif sur la consommation d'énergie du domicile.

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.