Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

info partenaire

« Défendre des valeurs avec son porte-monnaie »: des cosmétiques naturels et des modes de production plus justes

La marque Yokoumi propose des cosmétiques réduits à l'essentiel : un seul ingrédient !
©Yokoumi

Œuvrer pour une cause sociale en adoptant des produits bons pour la santé et l’environnement ? C’est possible avec Yokoumi, une marque engagée pour l’émancipation des femmes des pays du Sud, et pour qui « justice sociale et transition écologique sont les deux faces d'une même pièce ».

Oubliez les cosmétiques ultra-transformés, promettant une multitude de composants supposés miraculeux. Chez Yokoumi, noix, fleurs et fruits se suffisent à eux-mêmes, et notre corps comme l’environnement les en remercient. Cette jeune marque propose des produits simples et sans aucune concession dans leur fabrication, tant du point de vue social qu’environnemental. Rien n’est laissé au hasard, depuis l’extraction des matières premières jusqu’à leur conditionnement.

Des produits simples et vertueux

Les cosmétiques et soins Yokoumi allient donc la simplicité et l’efficacité. Et à ce titre, la nature produit des substances à tout faire qui nous rendent de fiers services sans que nous ayons à recourir à la chimie. Le nom Yokoumi a ainsi été choisi comme un symbole, puisqu’il signifie « beurre de Karité » en langue Éwé, un dialecte togolais. Cette huile végétale qui sert traditionnellement pour la peau et les cheveux a connu un regain de popularité ces dernières années, l’industrie cosmétique lui enviant ses propriétés hydratantes, anti-oxydantes et anti-inflammatoires. D’autres produits bruts d’origine végétale viennent s’ajouter à la liste des soins Yokoumi, et peuvent être utilisés tels quels ou bien comme base à des expérimentations à la maison : huile d’argan, d’amande douce, eau de rose, etc. « Ce sont de parfaits ingrédients pour apprendre soit même à modifier les textures et les parfums de ses soins en s'amusant avec les recettes do it yourself" », précisent Elsa Bortuzzo et Nastassia Martinez, les deux fondatrices de la marque créée en 2017.

Un mot d’ordre simple et efficace, donc : « un seul ingrédient par produit ! ». Et l’engagement de la marque ne s’arrête pas là. « Travailler avec des filières de commerce équitable permet d'avoir un sourcing juste et éthique : d'agir sur l'amont de la chaîne de production, sur les approvisionnements. Mais pour la production, nous poussons les curseurs plus loin que le simple approvisionnement, puisque nous installons aussi toutes les activités de valorisation (conditionnement, packaging) dans les pays producteurs », insistent Elsa et Nastassia, le but étant ici de créer de la valeur ajoutée dans ces pays exportateurs de matières premières. Pour aller encore plus loin dans cette logique vertueuse, la promotion du zéro déchet gagne également en importance chez Yokoumi avec le développement de la vente en vrac.

Elsa et Nastassia, co-fondatrices de Yokoumi.
©Yokoumi

Une bataille pour un monde plus juste

Yokoumi a fait de l’égalité des sexes dans les pays en développement une des lignes structurantes de leur philosophie, et donne une chance aux citoyens d’être de véritables « consom’acteurs ». La marque reverse en effet 10% de ses bénéfices à des associations locales qui œuvrent pour l’émancipation économique, l’alphabétisation et la formation professionnelle des femmes africaines, et intègre un micro-don à tous les achats. Dans ces régions, la tradition fait que les femmes sont souvent productrices, travaillent de leur main, mais au détriment de leur éducation, puisque l’instruction n’y est pas systématiquement garantie, et de leur indépendance. Ces travailleuses sont ainsi accompagnées dans le cadre de sept coopératives pour la récolte et l’extraction des matières premières. Quant aux autres femmes aidées, elles peuvent gagner en autonomie financière en étant formées puis en s’engageant dans une activité génératrice de revenus.

Ce mode de fonctionnement novateur semble relever de l’évidence aux deux cofondatrices. « Le projet Yokoumi s'est d'abord développé sous forme associative pour soutenir l'association Solidarité Enfance et Vie au Togo qui anime un programme de micro-crédit à destination des femmes de la ville de Tsévié et ses alentours. Le don était donc intégré au projet dès le début, il était évident pour nous de le garder », estiment les deux co-fondatrices. « Depuis 2017, 150 femmes togolaises ont bénéficié d'un micro-prêt d'environ 90€ et ont pu lancer leur activité », ajoutent-elles. Depuis, un autre partenariat a été conclu avec l’association Afoulki au Maroc en 2020.

En raisonnant l’exploitation des matières premières, en développant de vraies filières de valorisation et en fournissant des conditions de vie plus humaines aux travailleuses, Yokoumi s’engage dans un modèle de production plus vertueux et veut convaincre les consommateurs qu’ils disposent de leviers d’action concrets en optant pour des produits éthiques. « Le commerce de produits fait sa révolution : en tant que consommateur, on peut désormais faire du bien à travers l'acte d'achat. On peut vraiment défendre des valeurs avec son porte-monnaie », concluent Nastassia et Elsa.

En partenariat avec Yokoumi. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire : tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs