CHRONIQUE

Dans le rétro : zoom sur le compost

©lomiso/Shutterstock

Chaque samedi à 9h, tout l'été sur France Inter, une personnalité engagée pour la transition écologique évoque son parcours, ses engagements et son quotidien, dans le cadre de l'émission "Des idées pour demain", présentée par Valère Corréard. Également au programme, une chronique "Dans le rétro" proposée par Camille Dufétel, rédactrice en chef d'ID. L'idée : jeter un coup d’œil sur les solutions d’hier... de retour aujourd'hui !

Samedi 3 août, l'invité de l'émission Des idées pour demain est le grand passionné de la cause animale, Allain Bougrain-Dubourg. En sa présence, on se souvient du temps où réaliser son compost était une évidence...

Les vers de terre sont très utiles... Dans la terre, mais ils peuvent aussi nous aider à réduire nos déchets ménagers. Ce n’est peut-être pas très glamour mais  je vous propose qu’on mette le nez un peu dans nos ordures ménagères, histoire de voir la réalité en face. Évidemment, on parle toujours du plastique, on en utilise trop, en en jette trop c’est sûr, mais il n’y a pas que cela ! C’est un peu dommage quand même de voir au fond de notre poubelle toutes ces coquilles d’œufs qui nous ont servi à faire une quiche lorraine hier, ces épluchures de légumes, ce marc de café accumulé dans notre cafetière italienne que l’on a nonchalamment jeté, ce pain rassis, ces mouchoirs en papier… Et après on se demande pourquoi on doit descendre aussi souvent ses poubelles, il ne faut pas s’étonner…

Les déchets biodégradables remplissent un tiers de nos poubelles

Au lieu de les jeter, on peut tout à fait composter toutes ces ordures ménagères organiques et ses déchets verts pour en faire un engrais biologique prêt à nourrir nos végétaux, comme le faisaient en partie nos grands-parents au fond du jardin ! Ma grand-mère Solange, que je sollicite régulièrement pour cette chronique et qui était autrefois agricultrice dans le Pas-de-Calais, donnait les épluchures aux lapins ou aux poules, ou les  mettait sur le tas de fumier, et avec mon grand-père ils se servaient de ce compost dans leur jardin. 

À la campagne d'accord, mais à la ville ?

Les solutions se modernisent aujourd’hui, le compost ce n’est pas forcément et uniquement faire un tas au fond de son jardin : on peut notamment utiliser des bacs à compost… Il y a trois règles simples à retenir : faire attention à ce que l'on met dans son bac parce que l’on n’y dépose pas n’importe quel déchet, surveiller l’aération et l’humidité et puis savoir reconnaître lorsque son compost est mûr. Il existe plein de guides sur le sujet. Si l'on vit en appartement, on peut par ailleurs avoir recours au lombricompostage. On composte ses déchets grâce à des vers de terre... les lombrics. Cela se fait très bien, avec un système de plateaux : quelques couches de papier journal au fond, une couche de terreau au dessus, des vers et on va pouvoir placer sur le lit du terreau du carton humidifié découpé en fines lamelles par exemple, et y déposer ses déchets organiques, qui seront décomposés par les vers, des bactéries et des champignons. Les vers vont dégager une matière, le lombricompost, et un liquide, le lombrithé, un engrais très concentré.

Si l'on n’a pas envie de faire du compost chez soi, rien ne nous empêche de mettre nos déchets organiques de côté et de les amener sur un site de compostage de proximité en se renseignant auprès de sa mairie. La loi de transition énergétique pour la croissance verte prévoit la généralisation du tri à la source des biodéchets d’ici 2025 : cela devrait devenir peu à peu un nouveau réflexe évident pour les Français.

Allain Bougrain-Dubourg répond aux questions de Valère Corréard sur France Inter.
©Antoine Vandeville Radio France

Pour réécouter la chronique Dans le rétro et l'ensemble de l'émission Des idées pour demain, c'est par ici : 

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.