Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

TÉMOIGNAGE

Cuisine durable pour bébé : "C’est important pour moi que mon enfant ait le goût de l’aliment"

©Nelli Syrotynska/Shutterstock

Marion a 30 ans, elle vit à la Roche sur Yon en Vendée avec son conjoint et sa fille d’un peu plus de deux ans. Depuis que son enfant mange de manière diversifiée, son compagnon et elle ont décidé de lui cuisiner ce qu’ils lui donnent à manger, prêtant une vigilance particulière au choix des aliments. L’objectif est de lui permettre de découvrir les goûts et d’éduquer son palais pour lui donner les bons réflexes alimentaires, le tout en minimisant leur production de déchets. ID a interviewé cette maman engagée. 

Vous avez adopté le fait-maison pour l'alimentation de votre enfant, qu'est ce qui a motivé cette démarche ? 

C’est important pour moi que mon enfant ait le goût de l’aliment et pas le goût de l’arôme : si on lui donne un produit trop sucré, le sucre étant très addictif, il y retournera plus facilement et il risque de bouder le reste. C’est essentiel de cuisiner et par la suite de la faire cuisiner, de lui montrer les vrais aliments pour qu'elle sache d’où ils viennent. Pas mal de choses ont motivé ce choix-là. On entreprend une démarche zéro déchet et quand on voit la quantité de petits pots, d’emballages pour les gâteaux, de pots de yaourts utilisés… Ce sont des choses qu’on utilise en énorme quantité et qui sont pourtant assez faciles à faire soi-même. On avait plein de bonnes motivations à le faire. 

On tourne avec 12 petits pots de différentes contenances, que l’on a achetés ou réutilisés. Faire soi-même ne demande pas plus d’équipement...

J’ai eu le privilège d’allaiter, donc cela a concrètement commencé après avoir reçu en cadeau de naissance un autocuiseur adapté aux recettes pour bébé. C’est un appareil qui cuit à la vapeur, qui mixe, etc. Je l’utilise chaque jour, cela me permet de faire mes préparations rapidement et je sais ce que je mets dedans. On tourne avec 12 petits pots de différentes contenances, que l’on a achetés ou réutilisés. Faire soi-même ne demande pas plus d’équipement et le cuiseur n’est pas une obligation. 

On suppose que de cuisiner pour bébé de manière durable nécessite de prêter attention aux aliments, de quelle manière faites-vous vos courses ? 

On a la chance de pouvoir faire le marché, ce qui nous permet d’acheter des légumes de saison, qui sont meilleurs. On y ajoute moins de sel par exemple, d’autant que c’est très peu conseillé pour les petits. On privilégie tant que possible le local, même si on souhaite lui faire goûter un maximum de choses. Elle goûte aussi les épices, sans en mettre trop. Et pour ne pas lui faire manger tous les jours du butternut, on change de courges et cela nous pousse également en tant qu'adultes à varier notre alimentation, un autre aspect positif. 

c’est le temps qui freine beaucoup de parents, les gens se disent qu’il faut énormément anticiper

Puis l’idée est d’en profiter avec elle, de cuisiner ou aller faire les courses avec elle, de lui faire découvrir les légumes, on écosse les petits-pois ensemble… Aujourd’hui, notre fille sait ce qu’est un légume et elle n’a pas peur d’en manger, ce qui est parfois le cas avec les enfants qui ne savent pas ce qu’ils mangent. En fin de compte, en termes d’efforts, ce n’est pas trop contraignant : quand ils sont petits, c’est principalement des fruits et des légumes. L’avantage, c’est que l'on peut en mixer différents entre eux. Deux pommes, deux carottes et une patate à éplucher, cela ne prend pas beaucoup de temps. Et je pense que c’est le temps qui freine beaucoup de parents, les gens se disent qu’il faut énormément anticiper. Les légumes ne se conservent pas si mal et puis on prend les mêmes légumes qu’on aurait prévus pour nous sauf qu’on en achète plus. Donc cela ne demande pas de courses spécifiques. Pour ce qui est de la conservation, on congèle. Cela nous arrive d’avoir des conserves, pour dépanner ou lorsque l’on part en vacances, il ne faut pas se mettre la pression tant que cela reste très occasionnel. Mais quand on sait qu’on a ce qu’il faut au congélateur, cela permet de pallier à l’éventuel "coup de flemme", celui qui nous fait craquer pour une pizza en tant qu’adultes.

Et pour le reste, les encas, les laitages... ?

Pour les produits laitiers, on a fait le choix des yaourts nature, toujours pour éviter les arômes. On y ajoute éventuellement des morceaux de fruits frais ou de la confiture. Puis quand notre fille a grandi, on a commencé à acheter des pots de fromage blanc : on en mange tous, c’est plus économique et c’est moins de déchets. On peut doser et varier les goûts : sucre, cannelle, puis quand elle a eu l’âge, un peu de miel… Elle peut aussi choisir ce qu’elle veut dedans et elle voit les fruits qu’on y met. Pour les crèmes au chocolat, qu’elle aime beaucoup, c’est très facile à faire : du lait, de la fécule de maïs, du cacao, on chauffe et voilà. On peut gérer la quantité de sucre qu’on y met, et les goûts sont plus prononcés. Cela permet de lui mettre la main à la pâte. C'est possible de faire sa propre brioche avec seulement un four.

On n’envisage pas d’aller vers les fromages pour enfants transformés et sur-emballés. Finalement, aujourd’hui, elle mange du bleu…

Pour les fromages, on a toujours pris le parti de lui faire manger les mêmes que nous : du fromage de chèvre doux, des coulommiers, en évitant les laits crus non cuits. On n’envisage pas d’aller vers les fromages pour enfants transformés et sur-emballés. Finalement, aujourd’hui, elle mange du bleu… Les féculents, ce sont les mêmes que les nôtres, en les mixant si besoin. Je m’inspire parfois des recettes de petits pots industriels : bœuf, carotte, polenta, on n’y pense pas forcément. Puis il y a les blogs de recettes pour les tous petits sur Internet, c’est une bonne source d’inspiration quand on veut varier les menus. 

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.