Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

le chiffre

Confinement : l'empreinte carbone des Français aurait baissé de 62 %

©Mostovyi Sergii Igorevich/Shutterstock

Selon une étude réalisée par l'application spécialisée Greenly, le confinement serait responsable d'une baisse drastique de l'empreinte carbone des Français : moins 62 % en deux semaines. De manière générale, leur consommation en termes monétaire aurait elle aussi diminué de 50 %.

Dans un monde à l'arrêt, la Terre semble se reposer. Baisse de la pollution, réapparition d'espèces, industries à l'arrêt... Aux quatre coins de la monde, on compte les "bienfaits" de la crise sanitaire du Covid-19, condition sine qua none d'une activité humaine en suspend. Et si l'on sait que ces bonnes nouvelles seront sans doute de courte durée, en attendant, la planète prend une pause et le bilan carbone des Français aussi. 

C'est du moins ce qu'affirme l'étude réalisée par l'application Greenly aux termes de deux semaines de confinement. Spécialisée dans le calcul de l'empreinte carbone de ses utilisateurs via leurs relevés bancaires, Greenly a constaté une forte baisse de celle-ci de l'ordre de 62 %. Selon cette même étude, les dépenses des Français aurait également chuté de 50 %.

Pour quantifier ces changements de comportements, l'application a analysé les données bancaires des deux premières semaines de confinement par rapport aux deux premières semaines de 2020 sur un échantillon de 500 utilisateurs âgés de 18 à 75 ans.

Le transport, premier responsable de cette chute

Le premier facteur ayant fait chuter la note est le secteur des transports. Alors que ceux-ci représentent d'ordinaire quelque "12 tonnes de CO2 émises annuellement par les Français", selon l'étude, l'impact carbone lié à l'essence a chuté de 83 % s'expliquant par le fait que deux fois moins de pleins en station service ont été effectués "depuis le 16 mars". Celui de l'aviation enregistre de son côté une baisse de 94 %, couplé d'une division par cinq des achats de billets d'avion. Quant aux transports en commun tels que le bus, le train, le covoiturage, ceux-ci ont constaté un désamour de l'ordre de 80 %.

Rien d'étonnant jusque là dans un contexte où les déplacements sont interdits. Une baisse importante a également été notée dans le secteur de l'alimentation, responsable de "20 % des émissions des Français" habituellement. Du côté des supermarchés, moins 10 % de dépenses effectuées tandis que la restauration enregistre un effondrement significatif de 94 %.

Enfin selon Greenly, les émissions liées aux achats en ligne ont en revanche augmenté : plus 2,5 % en moyenne, dont la plus grosse part a été facturée par les 40 ans et plus (15 %).

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire : Tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs.