Conso

Comment se protéger du soleil tout en respectant les océans ?

Certains ingrédients présents dans les crèmes solaires sont suspectés de contribuer au blanchissement des coraux.
© triocean / Shutterstock

Les crèmes solaires, indispensables pour protéger notre peau, ne sont pourtant pas sans conséquences sur l'environnement. Lors d'une baignade, les ingrédients présents dans celle-ci se déversent dans l'eau, polluant ainsi la faune et la flore marine. ID vous donne quelques conseils pour limiter cet impact. 

Les crèmes solaires protègent, certes, mais elles polluent également. Une étude italienne publiée en 2008 soulignait déjà l'impact environnemental de ces produits : après avoir mené plusieurs expériences, les chercheurs en ont conclu que les crèmes solaires contribuaient directement au blanchissement des coraux

Selon eux, 25 % des ingrédients présents dans une crème se libéreraient dans l'eau au bout de 20 minutes lors d'une baignade. Les chercheurs estiment ainsi que 10 % des récifs coralliens du monde sont menacés de blanchissement à cause des protections solaires. En 2018, Hawaï a même voté une loi interdisant la vente des crèmes contenant de l’oxybenzone et de l’octinoxate, substances jugées toxiques pour les océans.

A huge success for Hawai'i as Governor David Ige signs into law SB 2571 - which bans the sale, offer of sale, or...

Publiée par Team David Ige sur Mardi 3 juillet 2018

Quels ingrédients bannir ? 

Afin de choisir une crème respectueuse à la fois de votre peau et de l'environnement, il y a plusieurs ingrédients à éviter. Les filtres chimiques (filtres UV) sont particulièrement pointés du doigt : ils permettent au produit de protéger la peau du soleil, mais ils sont également suspectés d'être très nocifs pour les coraux. L’oxybenzone, l’octinoxate, l’ethylhexyl methoxycinnamate, le benzophénone-3 et le 4-méthylbenzylidène sont les plus toxiques. Autres ingrédients à éviter : les parabens, les silicones, l’octocrylène et l’acide para-aminobenzoïque (PABA), qui sont également dangereux pour la santé.

Se tourner vers le bio ?

Les crèmes solaires certifiées biologiques (Ecocert, Cosmebio et BDIH) sont pour la plupart exemptes de ces ingrédients controversés. Elles vont notamment remplacer les filtres chimiques par des filtres minéraux, tels que le dioxyde de titane et le dioxyde de zinc, des ingrédients naturels et donc moins nocifs pour les océans.

Certaines d'entre elles peuvent cependant utiliser leurs ingrédients sous forme de nanoparticules, afin que le produit s’étale plus facilement sur la peau. "Cette précision n’a rien d’anodin, car les nanomatériaux présentent des propriétés spécifiques : un composé peut voir son comportement habituel complètement modifié lorsqu’il passe à la taille nanométrique. Cette particularité complique considérablement l’évaluation de la sécurité des nanomatériaux, dont de nombreux aspects échappent encore aux scientifiques", prévient UFC Que Choisir. Il est donc préférable de vérifier que votre crème n'en possède pas : pour cela, il suffit de regarder que les noms des ingrédients ne sont pas précédés de la mention "nano". 

Les crèmes bio protègent-elles vraiment du soleil ?

Certains spécialistes restent toutefois sceptiques au sujet des crèmes solaires biologiques : ils estiment que les filtres minéraux ne seraient pas suffisamment puissants pour protéger la peau du soleil. C’est le cas de Laurence Coiffard, professeure en cosmétologie à l’université de Nantes, qui explique auprès de 20 Minutes que "celles qui utilisent une préparation exclusivement minérale ont des niveaux de protection contre le soleil bien inférieurs aux crèmes utilisant des filtres chimiques. Il est impossible par exemple d’avoir un indice 50 avec ce type de crème". Elle conseille ainsi de ne pas utiliser de crème à base de filtres minéraux pour les enfants et les peaux les plus sensibles. Pour limiter l'impact des protections solaires sur l'environnement, la chercheuse préconise de se tourner vers des produits qui contiennent peu d'ingrédients, "soit une vingtaine" selon elle. 

Quelques marques durables pour vous guider...

Les crèmes certifiées biologiques restent toutefois la solution la plus adaptée pour protéger notre peau tout en respectant les océans : la marque Eq, par exemple, propose des crèmes avec des indices 15, 30 et 50, "100% origine naturelle", composées de filtres minéraux et "non écotoxique pour le milieu marin". De son côté, la marque Acorelle propose également des produits certifiés biologiques, avec une formule "biodégradable" qui lui permet de "limiter son impact sur l’environnement". SeventyOne Percent propose quant à elle des crèmes sans nanoparticules, mais également sans silicones, paraben, phenoxyethanol et petrolatum. Mais elles sont loin d'être les seules : d'autres marques sont ainsi listées sur ce blog.

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.