CHRONIQUE CONSO

Climat : il faudra plus que des changements de comportement, monsieur le ministre !

©EMMANUEL DUNAND / AFP

Le 14 février dernier, François de Rugy répondait aux signataires de l’Affaire du Siècle par un Tweet engageant les Français à changer de comportement. Un message cynique, à l’heure où nous savons tous que les actions individuelles ont beau être indispensables, elles ne suffiront pas.  

Vous êtes de plus en plus à vous engager au quotidien, pour alléger votre impact sur cette terre. À vous réveiller un matin en pensant, je ne veux pas rester complice du désastre en cours. À décider de changer les habitudes de votre foyer, à y consacrer du temps, de l’énergie. Vous convertissez toute la famille au zéro déchet, vous relevez le défi "Rien de neuf" pendant un an, vous consommez bio et local, vous arrêtez la viande et le poisson, vous ne prenez plus l’avion… Tout le monde sait aujourd’hui que cela ne sera pas suffisant, qu’une armée de colibris ne fera pas bifurquer le cours dramatique du réchauffement climatique, de la pollution et de l’appauvrissement massif de la biodiversité. Pourtant, nous devons commencer par ces gestes individuels. D’abord parce que tout compte dans la bataille en cours. Ensuite, parce que ces actions militantes individuelles nous permettent de sortir de l’impuissance, de mettre en cohérence nos actes et nos convictions, de comprendre que tout est lié. Elles nous donnent aussi le goût d’un engagement plus grand. Le goût du collectif.

Des signataires demandent une action collective

Mais jamais les actions individuelles ne remplaceront l’organisation collective et politique. Le boulot doit être fait à tous les étages. Quand plus de deux millions de Français signent la pétition baptisée L’affaire du siècle, c’est cela qu’ils réclament à haute voix. En soutenant l’attaque en justice de l’Etat français pour qu’il respecte ses engagements climatiques, les signataires demandent une action politique à la hauteur des enjeux.

Que répond le ministre de l’écologie ? Que l’État français est sur la bonne voie et qu’il fait son maximum. François de Rugy détaille ses arguments dans une lettre et dans un document listant les actions gouvernementales. Le collectif de l’Affaire du Siècle voit les choses autrement. "Tous les experts montrent que la France est sur la mauvaise trajectoire, peut-on lire dans un communiqué du 19 février. Pire, les émissions de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse depuis 2015 et l’empreinte carbone de la France ne s’est pas améliorée depuis… 1995."

Le ministre nous renvoie la balle

Le ministre signe aussi ce tweet, comble du cynisme politique : "Pour le climat, rassemblons les Français autour de changements de comportements et de modes de production. Ici et maintenant ! Ma réponse au recours 'L’Affaire du siècle'".

Le ministre et le gouvernement font leur part pour affronter le désastre climatique, nous dit en substance ce tweet, et ce qui reste à faire pèse sur les épaules des citoyens. Ces derniers doivent changer leurs modes de vie. Cela sonne comme une insulte à tous ceux qui tentent précisément de réformer leur quotidien. Nous accomplissons ces gestes individuels, nous avons compris qu’il ne suffiraient pas, nous nous organisons pour aller plus loin, nous demandons au gouvernement d’agir, il nous renvoie la balle. Rendez-vous donc au tribunal administratif le 14 mars, pour déposer un recours contre l’État français. Et dans les entreprises, les ONG, les collectivités locales, partout où nos actes individuels peuvent devenir du collectif.