Social

"Who made my clothes ?" : le 24 avril, faites la Fashion Revolution

©Jacobs Well/Fashion revolution

Du 23 au 29 avril 2018 aura lieu la Fashion revolution. Ce mouvement est né à la suite de l’effondrement d’une usine de confection textile à Dacca au Bangladesh, le 24 avril 2013. A chaque date anniversaire, des millions de gens se mobilisent dans le monde entier pour interpeller les marques sur leurs pratiques en leur demandant : "Who made my clothes ?" Rencontre avec Isabelle Quéhé, coordinatrice de Fashion revolution France.

Quelle est l’origine de la Fashion revolution ?

La Fashion revolution a été initiée à la suite du drame du Rana Plaza au Bangladesh par les stylistes britanniques Carry Somers et Orsola de Castro, deux pionnières de la mode éthique et responsable. Le 24 avril 2013, une usine de confection textile dans laquelle travaillait des centaines d’ouvriers s’est effondrée faisant 1133 morts et plus de 2500 blessés. Les deux créatrices ont alors décidé que ce jour-là serait le jour de la Fashion revolution. 

Quelle est l’ampleur de ce mouvement aujourd’hui ?

La Fashion revolution est représentée dans plus de 100 pays. L’année dernière 2 millions de personnes dans le monde se sont engagées en participant à des événements, en postant sur les réseaux sociaux, en téléchargeant les ressources disponibles sur notre site, en regardant des vidéos. 

Chaque année le mouvement gagne du terrain. La responsabilité sociale et environnementale de la mode interpelle de plus en plus de monde. Les médias en parlent de plus en plus, y compris la presse féminine ou généraliste. Des mouvements comme Anti-fashion en France sont en train de repenser la mode en cherchant de nouvelles solutions plus éthiques et écologiques. Le Copenhagen Fashion Summit qui n’avait lieu qu’une fois tous les deux ans se tient dorénavant tous les ans. Les Nations-Unies elles mêmes ont mis en place des groupes de travail avec le secteur textile et celui de la mode et annonceront sûrement des choses à la prochaine conférence pour le climat. Ça bouge dans tous les sens. 

En quoi consiste la Fashion revolution ?

La Fashion revolution est une campagne citoyenne durant laquelle on encourage chacun à s’interroger sur la chaîne de fabrication des vêtements que l’on porte avec le slogan "Who made my clothes*". Nous appelons ainsi les marques à plus de transparence. Depuis 2016, cette campagne a lieu durant toute une semaine. Cette année elle se déroulera du 23 au 29 avril. Différents événements sont ainsi organisés dans chaque pays.

Que va-t-il se passer pendant cette semaine en France ?

Ateliers, conférences, projections, soirées vont avoir lieu un peu partout en France durant cette semaine. Venez nombreux ! Cette année nous organisons à Paris le 24 avril à 17h00, une grande marche commémorative**. Nous encourageons aussi comme chaque année, chacun à se prendre en photo en retournant son vêtement et en montrant l'étiquette, puis à publier ses photos sur les réseaux sociaux en demandant aux marques  #Whomademyclothes ? 

Le mouvement encourage chacun à se prendre en photo en retournant son vêtement et en montrant son étiquette, puis à publier les photos sur les réseaux sociaux en demandant aux marques : « Who made my clothes ? »
©Fashion Revolution

Quel impact a ce mouvement aujourd’hui sur la mode et sur les entreprises ? 

Les grandes marques commencent à comprendre que la génération des millénials est de plus en plus concernée par toutes ces questions et qu’elles doivent rendre leur chaîne de production transparente si elles veulent fidéliser leurs clients.

Le mouvement Fashion revolution a réalisé une étude d’impact en 2017 auprès de 100 des plus grandes marques de vêtements. Trente-deux ont publié la liste de leurs fournisseurs. L’année précédente, sur 40 grandes compagnies seulement 5 avaient publié cette liste. On est encore loin d’une transparence totale ! Mais on avance.

Avez-vous un message à faire passer ?

Oui ! Il faut réduire sa consommation et arrêter d’acheter à moindre prix. Il faut chérir ses vêtements et les porter plus longtemps, exiger qu’ils soient fabriqués pour durer, demander aux marques de s’assurer aussi que les textiles de nos vêtements contiennent moins de substances dangereuses et sont recyclables. Mobilisons-nous pour que nos vêtements soient fabriqués dans de bonnes conditions pour les travailleurs.

* qui fait mes vêtements ?

** La marche partira du 36 rue Beaurepaire et ira jusqu’à la Maison des Canaux (6, quai de la Seine – 75019).

Sur instagram : @fash_rev_france

Sur Twitter : @Fash_RevFrance

Zoom sur la loi sur le devoir de vigilance 

Lors du drame du Rana Plaza, des grandes marques qui sous-traitaient leur production dans cette usine n’ont pas voulu reconnaître leur responsabilité et indemniser les victimes. Désormais la loi sur le devoir de vigilance, votée en 2017 oblige les très grands groupes français ou présents en France à mettre en place un plan de vigilance. Ces groupes doivent désormais prendre un certain nombre de mesures qui permettent d’identifier et de prévenir les risques de violation des droits fondamentaux humains et environnementaux que peut créer leur activité mais également celle de leurs filiales et de leurs sous-traitants et fournisseurs, en France comme à l’étranger. Il sera ainsi possible en cas de dommage grave comme cela a été le cas au Bangladesh d’engager la responsabilité de la maison mère et des donneurs d’ordre.