Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Social

Solidarité : un Noël pas comme les autres pour les plus démunis

Selon un récent sondage de l'Ifop, deux fois plus de Français que l'an dernier passeront le réveillon du 24 décembre seuls, dont près de 2,2 millions de séniors.
©Halfpoint/Shutterstock

Limitation des rassemblements et restrictions sanitaires obligent cette année les associations caritatives à revoir leurs actions de Noël à destination des plus démunis, pourtant nécessaires après une période qui a accru l'isolement des personnes âgées ou précaires.

Habituée à organiser chaque année des repas festifs réunissant des dizaines d'aînés dans des lieux prestigieux, l'association des Petits frères des pauvres a dû ruser cette année pour "faire quand même rimer Noël avec fraternité".

Le contexte sanitaire actuel ne permet pas de maintenir des moments traditionnels comme nos réveillons festifs", regrette auprès de l'AFP une porte-parole de l'association. "Mais on s'est dit que malgré tout il fallait être là et même encore plus que d'habitude".

Alors les bénévoles ont adapté leurs actions : la distribution de colis repas, d'ordinaire réservée aux personnes qui ne peuvent pas se déplacer, a été étendue à la plupart des personnes accompagnées, et un peu partout les locaux associatifs resteront ouverts pour "maintenir des moments conviviaux à cinq ou six dans le respect des gestes barrières".

Deux fois plus de Français que l'an dernier passeront le réveillon du 24 décembre seuls

Effet collatéral du virus, selon un récent sondage de l'Ifop, deux fois plus de Français que l'an dernier passeront le réveillon du 24 décembre seuls : 10% contre 4% en 2019. Parmi eux, ce sont les seniors qui seront les plus seuls : 16% des plus de 65 ans, soit près de 2,2 millions de personnes.

Pour les Petits frères des pauvres, "à travers des petites attentions, tout le monde peut faire de ce Noël un moment de partage". Ainsi, les 24 et 25 décembre, l'association invite chacun à glisser une carte dans la boîte aux lettres d'un voisin âgé isolé ou à sonner chez lui "dans le strict respect des consignes sanitaires pour lui offrir un apéritif, une part de gâteau, un livre en signe de soutien à la culture".

14% des Français disent souffrir de solitude

La solitude - qui frappe de plein fouet les plus âgés - n'épargne personne en période de crise et prend une ampleur singulière au moment des fêtes familiales de fin d'année. Selon un baromètre de la Fondation de France, 14% des Français ont dit souffrir de solitude en 2020 contre 9% en 2010.

L'isolement va souvent de pair avec la précarité", observe dans un communiqué cette fondation qui organise tous les ans des "réveillons de la solidarité".

Cette année, elle soutiendra près de 100 actions dans tout le pays pour permettre à des personnes isolées et fragilisées des moments de convivialité autour de goûters, spectacles, concerts, lors de maraudes ou distributions de cadeaux.

Après plusieurs mois de confinement, ces moments, même en comité restreint, sont plus que jamais l'occasion de recréer du lien", souligne Claire Boulanger, de la Fondation de France.

A Rennes, la Société de Saint-Vincent-de-Paul a, elle, lancé l'opération "2 000 cartes de voeux" pour adresser des petits mots et des gourmandises à des résidents d'Ehpad. A Paris, elle a organisé un atelier "truffes en chocolat" pour les étudiants touchés par la précarité.

Des boîtes à chaussures de Noël 

Partout dans le pays, associations et anonymes se mobilisent autour d'initiatives solidaires, comme en témoigne le succès des "boîtes de Noël" pour les sans-abri. Cette initiative importée du Canada est née dans le Doubs et a vite rencontré le succès de Rouen à Lyon, en passant par Toulouse, Brest ou Ajaccio, grâce aux réseaux sociaux.

Le principe est simple : mettre dans une boîte à chaussures un vêtement chaud en bon état, un produit d'hygiène ou de beauté, un produit alimentaire gourmand, un produit culturel (jeu ou livre) et un petit mot ou dessin. Il faut ensuite déposer son colis chez un commerçant ou particulier "collecteur" qui les remettra ensuite aux associations de terrain.

Plus de 145 000 boîtes collectées en France

"C'est une action très simple, qui ne demande pas forcément du temps ou beaucoup d'argent et qui fait chaud au coeur", explique à l'AFP Clémence Avril, l'une des organisatrices de la collecte parisienne.

Lundi, plus de 145 000 boîtes avaient été collectées en France selon une première estimation, dont 24 000 en région parisienne, indique-t-elle.

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, pré-commandez notre guide « L’écologie à la maison » à tarif préférentiel jusqu’au 20 décembre. 

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour une vie quotidienne placée sous le signe de l’écologie dans toutes les pièces de la maison !

Pour en savoir plus et pré-commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs