Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Social

La crise afghane relance l'hébergement solidaire en France

©Valeriya Popova 22/Shutterstock

Un canapé-lit pour une nuit, une chambre où se poser quelques mois: la crise afghane, ultra-médiatisée, a redonné un nouveau souffle à l'"hébergement solidaire" et agi comme un "déclencheur" pour les citoyens qui accueillent des exilés sans-abri.

C'est le cas de Marc-Antoine Deville, un Parisien de 26 ans, qui s'installe désormais une fois par semaine sur un matelas d'appoint, lorsqu'il cède son canapé-lit à un demandeur d'asile. Ce jeune chef de produit dans la mode a été interpellé mi-août par les images de milliers d'Afghans fuyant les talibans. "La crise en Afghanistan m'a poussé à me demander comment je pouvais aider à mon échelle. Partager mon toit avec des personnes qui n'en ont pas, c'est à ma portée", explique-t-il. Pour Mathilde Lerosier aussi, la crise afghane a été un "moment déclencheur". "On n'a pas découvert d'un seul coup ce qu'il se passe dans le monde, mais on ne pouvait plus ne rien faire pour y répondre", raconte cette Parisienne de 38 ans. Avec son mari et ses trois enfants, dont l'un cédera sa chambre, la famille a décidé d'accueillir une personne réfugiée, d'Afghanistan ou d'ailleurs, pendant trois mois. Peut-être plus, si le courant passe.

Depuis la chute de Kaboul aux mains des talibans, les bonnes volontés se sont tournées massivement vers les associations comme Singa, dont le programme J'Accueille met en relation réfugiés et citoyens prêts à les loger pendant au moins un trimestre. "Nous avons reçu 500 propositions depuis la mi-août. Il y en avait eu 15 l'année dernière à la même période", affirme Vincent Berne, responsable du programme. Chez Utopia56 aussi, le téléphone n'a cessé de sonner depuis que les images d'Afghans fuyant Kaboul ont envahi les écrans. L'association, qui trouve un toit chaque soir pour une quinzaine de familles au sein de son réseau d'hébergeurs, a enregistré plus de 100 nouvelles inscriptions entre mi-août et mi-septembre, contre huit en juillet.

Solidarité de crise

Classique, en temps de crise, observent les associations. En 2015, la photo du petit Aylan, un enfant syrien retrouvé mort sur une plage turque, avait ému et suscité une large vague de fraternité. "Dans une moindre mesure, l'évacuation musclée du campement de migrants place de la République (en novembre 2020) a aussi provoqué un élan de solidarité", se souvient Tristan, 40 ans, bénévole d'Utopia56. Depuis 2019, il est chargé de "conventionner" les candidats à l'accueil, chez lesquels il se rend pour expliquer le fonctionnement de l'association, vérifier la salubrité, donner un cadre à cet hébergement qui peut déboussoler. "En général, les volontaires ont une idée assez claire de ce en quoi consiste l'hébergement d'urgence. Mais il arrive parfois qu'il faille préciser que les personnes à la rue ne seront pas celles dont ils ont entendu parler à la télévision", relève Tristan.

Chez Singa aussi, une réunion d'information est obligatoire. "Beaucoup de personnes s'inscrivent sous le coup de l'émotion mais se démotivent après la réunion car la réalité ne correspond pas à ce qu'ils avaient imaginé", précise Vincent Berne. Créé en 2015, J'Accueille a généré 15 000 propositions : environ 1000 foyers ont été au bout. Hors des moments de crise, Yann Manzi, fondateur d'Utopia56, note d'ailleurs un "essoufflement" de l'hébergement solidaire, qu'il impute à la fois aux confinements successifs et "au discours anti-migrant qui se généralise dans le débat public".

"Avant la crise sanitaire, on pouvait avoir plusieurs dizaines de contacts par semaine. Aujourd'hui, il faut attendre les moments de crise majeurs, comme la prise de pouvoir des talibans, pour retrouver ces chiffres", affirme-t-il. En parallèle, la demande de logement ne faiblit pas. "Nous ne sommes pas là pour nous substituer à l'État mais si personne n'hébergeait plus les demandeurs d'asile, beaucoup se retrouveraient constamment à la rue", poursuit Yann Manzi. Malgré la multiplication par deux du nombre de places d'hébergement d'urgence disponibles (110 000) depuis 2015, "près de la moitié des demandeurs d'asile restent sans hébergement pendant la période de la procédure", selon l'association France terre d'asile. A moins de trouver un hébergeur solidaire.

Avec AFP.