QUESTION DU JOUR

La malbouffe augmenterait le risque de dépression, selon une étude

©successo images/Shutterstock

Manger gras, sucré et salé ne rime pas uniquement avec prendre du poids : selon une étude réalisée par des scientifiques britanniques, australiens et espagnols, qui ont passé au crible une quarantaine de recherches sur le sujet, un régime trop riche favorise la dépression.   

Une pizza et deux bières le lundi soir, de la viande le mardi, un plat préparé le mercredi... Et une petite dépression à la fin de la semaine ? Selon les résultats d'une recherche effectuée par une équipe internationale et publiée dans la revue Molecular Psychiatry le 26 septembre dernier, un régime trop gras ou trop sucré peut causer une inflammation du système digestif, ce qui aurait un impact sur notre cerveau.

D'après cette recherche, citée par The Guardian, les aliments riches entraîneraient au moment de leur digestion une inflammation non seulement intestinale, mais "systémique". La Dre Camille Lassalle, principale auteure de l'étude, estime que l'inflammation chronique est susceptible de transporter des molécules pouvant s'enflammer dans le cerveau et "affecter les neurotransmetteurs responsables de la régulation des humeurs". L'étude cible notamment les aliments ultra-transformés, riches en graisses et en sucres. 

Opter pour le régime méditerranéen 

Mais que privilégier alors ? Cette recherche montre également que les personnes suivant un régime de type méditerranéen, c'est-à-dire incluant davantage de poisson, de fruits, de légumes, de céréales et de noix notamment, ont quant à elles, grâce aux propriétés de ces aliments, 33 % de chances en moins de connaître des épisodes de dépression. Selon les auteurs de l'étude, ces résultats démontrent notamment l'importance du rôle des conseils diététiques pour prévenir la dépression. 

En France, le 20 août dernier, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) publiait par ailleurs de nouvelles recommandations à ajouter aux slogans sanitaires officiels dans le cadre du programme "Manger Bouger". Parmi celles-ci : consommer moins de 500 grammes de viande et moins de 150 grammes de charcuterie par semaine ; préférer les produits bruts et les légumes de saison provenant des circuits courts et d'une agriculture respectueuse de l'environnement ; favoriser les légumineuses et les fruits à coque sans sel régulièrement et au minimum deux fois par semaine ; choisir des produits céréaliers (pain, pâtes, riz, etc.) complets ou semi-complets ; consommer des produits laitiers deux fois par jour - la crème fraîche et le beurre ne sont pas considérés comme des produits laitiers.

Parvenez-vous à éviter les produits trop gras, trop salés ou trop sucrés au quotidien ?

Choix